fbpx

Élection présidentielle en Géorgie : l’ombre de Mikheil Saakachvili

Le 28 novembre se tiendra le second tour de l’élection présidentielle géorgienne, opposant Salomé Zourabichvili (candidate indépendante soutenue par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien) et Grigol Vachadze (Mouvement national uni). Le résultat sera attentivement suivi par Moscou, même s’il ne devrait pas avoir de conséquences immédiates sur les relations russo-géorgiennes.

Le président ne joue pas un rôle décisif dans la république parlementaire qu’est la Géorgie actuelle. Les principaux pouvoirs sont détenus par le gouvernement, qui mène la politique décidée par le parti vainqueur des élections législatives – actuellement le Rêve géorgien, qui dispose de 115 sièges sur 150. Toutefois, si l’élection du 28 novembre (la dernière au suffrage universel : dans cinq ans, le chef de l’État sera désigné par un collège de grands électeurs parlementaires) peut, à certains égards, être considérée comme un test important en vue du scrutin législatif de 2020, le nouveau président jouira d’une prérogative qui pourrait changer la donne sur le plan tant national qu’international : le droit de grâce. En ligne de mire, le retour de l’enfant terrible de la vie politique géorgienne, l’ex-président Mikheil Saakachvili, poursuivi par la justice pour détournement de fonds publics, corruption et abus de pouvoir. Un retour redouté par l’homme qui, à Tbilissi, tire depuis cinq ans les ficelles du pouvoir, le milliardaire Bidzina Ivanichvili.

Bidzina Ivanichvili, le faiseur de rois

Il y a sept ans, en 2012, Bidzina Ivanichvili fait irruption sur la scène politique géorgienne en défiant Mikheil Saakachvili, alors à la tête du pays, soutenu par les États-Unis et par l’Union européenne. Malgré sa réputation d’oligarque proche de la Russie (il y a fait fortune, notamment dans les secteurs bancaire, immobilier et pharmaceutique), l’homme d’affaires réussit à former une solide coalition, le Rêve géorgien, qui remporte les élections législatives et le nomme Premier ministre. En quelques mois à peine, le nouvel homme fort de la Géorgie met hors jeu Mikheil Saakachvili et son parti, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Sergueï Markedonov

Dernières nouvelles de la Russie

International

Guiorgui Ougoulava : « Aujourd’hui en Géorgie, être proeuropéen signifie être antirusse. »

Guiorgui Ougoulava, dit Guigui, a 28 ans lorsqu’il participe à la Révolution des Roses aux côtés de Mikheil Saakachvili. En 2005, il devient maire de Tbilissi, poste qu’il occupera jusqu'à ce que Bidzina Ivanichvili ne s’empare du pouvoir.

27 novembre 2018
International

Présidentielle géorgienne : la bataille des communicants

À l’issue du premier tour de la présidentielle géorgienne, le 28 octobre dernier, le candidat du parti d’opposition Mouvement national uni, Grigol Vachadze, a remporté 37,73 % des suffrages, contre 38,64 % seulement pour son adversaire, la candidate indépendante Salomé Zourabichvili, pourtant soutenue par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien. Un écart certes infime, mais totalement inespéré pour M. Vachadze, compagnon d’armes de l’ex-président Saakachvili, dont le parti avait essuyé un échec fracassant à la dernière présidentielle, il y a cinq ans. Sans nul doute, Grigol Vachadze doit pour beaucoup cette percée électorale à son équipe de conseillers en communication extrêmement bien rodée, dirigée par le Biélorusse Vitali Chkliarov, qui faisait également partie de l’état-major de campagne de Ksenia Sobtchak, candidate d’opposition contre Vladimir Poutine à la dernière présidentielle russe. Mais il a aussi bénéficié de la stupéfiante passivité du parti au pouvoir, le Rêve géorgien, qui, visiblement trop certain de l’emporter, s’est montré très passif durant la campagne de la candidate qu’il soutenait, Salomé Zourabichvili. De leur propre aveu, le résultat du scrutin du 28 octobre a fait aux « rêveurs » l’effet d’une douche froide. Mais une douche utile, semble-t-il : juste après le premier tour, le Rêve géorgien, a effectué un virage à 180 degrés et s’est lancé activement dans la campagne, fermement décidé à conduire sa candidate à la victoire. Quelques jours après l’annonce des résultats, le dirigeant de Rêve géorgien, l’oligarque Bidzina Ivanichvili, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne