S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Andreï Kortounov : « La France est un partenaire difficile avec lequel on peut travailler »

Andreï Kortounov
« La France est un partenaire difficile avec lequel on peut travailler »

Le 11 novembre, les dirigeants de cinquante pays se retrouvent à Paris pour célébrer le centenaire de l’Armistice. Parmi eux, Vladimir Poutine. Qu’attendre de cette nouvelle visite parisienne du président russe ? Quelle est la température politique entre Paris et Moscou ? Pour répondre à ces questions, Le Courrier de Russie a rencontré le politologue Andreï Kortounov, directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales, l'un des plus importants think-tanks russes.

Le Courrier de Russie : D’après des sources du quotidien Kommersant, le président Emmanuel Macron a insisté pour que le format de la rencontre Poutine-Trump à Paris soit modifié, de sorte que les négociations russo-américaines n’« éclipsent » pas les événements préparés par l’Élysée à l’occasion du centenaire de l’Armistice...

Andreï Kortounov : Comme toujours en pareille occasion, des rencontres auront lieu « en marge » de l’événement. C’est là que se disent généralement les choses les plus intéressantes. Bien qu'une rencontre « officielle », un temps envisagée, ne soit plus à l'agenda des deux hommes, Vladimir Poutine réussira probablement à discuter avec Trump, et avec d'autres dirigeants. Il y a fort à parier que l’avenir du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) , dont les États-Unis veulent se retirer, soit évoqué. Non seulement avec Donald Trump mais également avec Emmanuel Macron, qui vient de déclarer qu’une sortie unilatérale des États-Unis du traité représente une menace pour la sécurité européenne et que l’Europe sera la principale victime de cette décision. Vladimir Poutine voudra également saisir l'occasion pour faire le point avec Angela Merkel dans la mesure où la politique allemande évolue très rapidement ces derniers temps.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Propos recueillis par Elena Teslova

« Moscou ne peut pas se permettre de faire crédit à l’Afrique »

Du 14 au 16 janvier 2018, le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa était en visite officielle en Russie. Cet événement confirme l’intérêt croissant de la Russie pour le continent africain, estime Engin Ozer, africaniste et directeur du centre d’information et d’analyse Golos Afriki – « La voix de l’Afrique ».

 

24 janvier 2019