La course aux armements relancée

Donald Trump a annoncé, samedi 20 octobre, que les États-Unis allaient se retirer du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (FNI), conclu avec la Russie en 1987. Il accuse Moscou de ne « pas respecter le traité » et annonce que son pays va, de nouveau, « développer ces armes ».Washington accuse Moscou de violer cet accord (qui oblige les deux pays à détruire tous les missiles balistiques et de croisière lancés depuis le sol et dont la portée se situe entre 500 et 5 500 km) depuis 2014. Les tensions entre les deux grandes puissances se sont exacerbées aussitôt après le début de la crise ukrainienne et la mise en place de la politique américaine de sanctions contre la Russie. Longtemps, les États-Unis n’ont pas révélé publiquement quel type de missile russe était visé par leurs accusations, ce qui affaiblissait leur position. Cette année, les Américains ont toutefois précisé qu’il s’agissait du missile terrestre Novator 9M729 de portée intermédiaire ‒ une variante terrestre des missiles de croisière Kalibr, utilisés avec succès en Syrie depuis des sous-marins et des navires de surface russes.Début octobre, Kay Bailey Hutchison, ambassadrice des États-Unis auprès de l'OTAN, avait annoncé que Washington ferait tout pour « éliminer » les missiles russes violant le traité FNI. Les médias russes avaient interprété ses propos comme une menace de frappe préventive contre les forces nucléaires russes, tandis que le ministère russe des Affaires étrangères critiquait sévèrement cette déclaration. Mme Hutchison a immédiatement réagi en précisant que les États-Unis « n’étudi[ai]ent pas la possibilité d’effectuer une frappe », qu’ils voulaient surtout « exercer une pression sur la Russie afin de la contraindre à appliquer le traité ».Quelques jours plus tard, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, s’est également exprimé à ce sujet.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Golts

Dernières nouvelles de la Russie

Tragédie du sous-marin AS-31 :
Le monde du silence

Le 6 juillet dernier, c’est dans la plus stricte intimité que se sont déroulées les funérailles des quatorze sous-mariniers russes disparus quelques jours plus tôtdans l’incendie de l’AS-31 en mer de Barents – la troisième catastrophe de ces vingt dernières années pour la marine russe.

 

11 juillet 2019

Engagez-vous, rengagez-vous !

Les fréquentes déclarations de Vladimir Poutine en faveur de la création d’une armée professionnelle entièrement composée de volontaires contrastent pourtant avec la volonté du ministère de la Défense d'augmenter le nombre d’appelés au sein des effectifs.

 

1 juillet 2019

Détroit de Kertch : un droit international à la carte

Le Tribunal international du droit de la mer a demandé, le 25 mai dernier, la « libération immédiate » des vingt-quatre marins ukrainiens capturés en novembre dernier par la Russie dans le détroit de Kertch. Moscou n'a pas obtempéré.

 

14 juin 2019