La course aux armements relancée

Donald Trump a annoncé, samedi 20 octobre, que les États-Unis allaient se retirer du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (FNI), conclu avec la Russie en 1987. Il accuse Moscou de ne « pas respecter le traité » et annonce que son pays va, de nouveau, « développer ces armes ».Washington accuse Moscou de violer cet accord (qui oblige les deux pays à détruire tous les missiles balistiques et de croisière lancés depuis le sol et dont la portée se situe entre 500 et 5 500 km) depuis 2014. Les tensions entre les deux grandes puissances se sont exacerbées aussitôt après le début de la crise ukrainienne et la mise en place de la politique américaine de sanctions contre la Russie. Longtemps, les États-Unis n’ont pas révélé publiquement quel type de missile russe était visé par leurs accusations, ce qui affaiblissait leur position. Cette année, les Américains ont toutefois précisé qu’il s’agissait du missile terrestre Novator 9M729 de portée intermédiaire ‒ une variante terrestre des missiles de croisière Kalibr, utilisés avec succès en Syrie depuis des sous-marins et des navires de surface russes.Début octobre, Kay Bailey Hutchison, ambassadrice des États-Unis auprès de l'OTAN, avait annoncé que Washington ferait tout pour « éliminer » les missiles russes violant le traité FNI. Les médias russes avaient interprété ses propos comme une menace de frappe préventive contre les forces nucléaires russes, tandis que le ministère russe des Affaires étrangères critiquait sévèrement cette déclaration. Mme Hutchison a immédiatement réagi en précisant que les États-Unis « n’étudi[ai]ent pas la possibilité d’effectuer une frappe », qu’ils voulaient surtout « exercer une pression sur la Russie afin de la contraindre à appliquer le traité ».Quelques jours plus tard, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, s’est également exprimé à ce sujet.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Golts

Dernières nouvelles de la Russie

Belgorod-Poséidon :
le tandem de l’Apocalypse ?

À la fin d’avril, au cours d'une cérémonie officielle, les chantiers navals de Severodvinsk (dans le Grand Nord russe) ont lancé le croiseur sous-marin nucléaire Belgorod, destiné à porter les toutes nouvelles torpilles sous-marines à capacité nucléaire Poséidon.

 

13 mai 2019

Le Grand jeu du Grand Nord

Afin de s’assurer le contrôle de la route maritime du Nord, Moscou réactive massivement toute l’ancienne infrastructure militaire soviétique située au-delà du cercle polaire.

 

4 mars 2019

Détroit de Kertch : Du bon usage de la loi du plus fort

L’arraisonnement de trois navires ukrainiens par les gardes-côtes russes dans le détroit de Kertch, le 25 novembre dernier, a provoqué un incident diplomatique d’une ampleur imprévue pour Moscou.

 

5 décembre 2018