Les frontières de l’influence numérique russe

Interview exclusive - À l'occasion de la sortie de son livre Ru.net, Géopolitique du cyberespace russophone (éd. L'Inventaire), Kevin Limonier, maître de conférences en études slaves et géopolitique à l’Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, revient pour le Courrier de Russie sur l'image de « cyberpuissance » que s'est construite la Russie ces dernières années. Entre ingérences politiques supposées et guerre de l'information réelle ou fantasmée, bienvenue dans le Ru.net, le cyberespace tant redouté par le monde occidental !Le Courrier de Russie : Avons-nous aujourd’hui la preuve que la Russie a contribué à la victoire de Donald Trump lors de l'élection présidentielle américaine de 2017 ?Kevin Limonier : Non, nous n’en avons pas de preuve irréfutable et cela pour plusieurs raisons : la première, c’est qu’il faudrait qu’une attribution claire soit établie concernant les attaques dirigées contre le Comité national démocrate (DNC / Democratic National Committee), ce qui pour le moment n'est pas le cas. On sait qu’il y a eu des ingérences russes par le biais d’une agence qui s’appelle Internet Research Agency, située à Saint-Pétersbourg, sur laquelle enquête aujourd’hui le procureur spécial Robert Mueller. On commence à avoir une masse d’informations sur des sociétés écrans, comme Concord Catering, qui appartient à Evgueni Prigojine, un proche de Vladimir Poutine. Il y a des bribes d’informations qui commencent à faire sens. Mais, même si on avait la preuve irréfutable que le DNC a été piraté par les Russes, même si il était établi qu’ils sont bien à l’origine de tout ce qu’on leur reproche dans l’élection américaine, nous n'aurions pas pour autant la preuve irréfutable que leurs agissements ont déterminé l’issue du scrutin.Pour moi, le résultat de l'élection présidentielle de 2017 est, avant tout, une affaire de politique intérieure, les Américains n'avaient pas besoin des Russes pour en arriver là. Maintenant, l’action supposée de la Russie pose un certain nombre de questions aux démocraties occidentales, sur leur solidité notamment.LCDR : Où se situe la frontière entre influence et ingérence ?K.L. : Il n'y a pas de limite très claire, dans la mesure où des grandes puissances comme la Russie, les États-Unis ou la France, ont toutes une politique d’influence. L’ingérence, généralement, induit des actions plus ou moins coercitives pour essayer d’influencer un processus dans un État tiers. C’est d’ailleurs une des définitions de la puissance selon Raymond Aron : une puissance est un pays qui impose sa volonté à un autre, une unité politique qui impose ses choix à une autre. D’une certaine manière, l’ingérence est une des formes de contrainte dont disposent aujourd’hui les États pour parvenir à leurs fins.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

Cécile Delpal : « Mon mari
n’a rien à faire en prison »

Le 14 février dernier, l’homme d’affaires français Philippe Delpal était arrêté pour escroquerie et incarcéré avec plusieurs de ses associés dont l’Américain Michael Calvey, l'un des plus anciens investisseurs étrangers en Russie. Cécile Delpal, épouse de l’homme d’affaires, a accepté de rencontrer le Courrier de Russie à la veille de son audience, qui aura lieu le 21 mai.

10 mai 2019

Valery Fadeïev : « La Russie n’a pas encore pris la pleine mesure de son envergure »

Valery Fadeïev est le président de la Chambre civique, la troisième chambre du système parlementaire russe, créée en 2005. Le Courrier de Russie l'a rencontré peu avant son départ pour Paris.

9 mai 2019

« L’Extrême droite européenne est un danger pour la Russie »

Veronika Krasheninnikova, membre du Conseil suprême du parti Russie Unie (principal soutien de Vladimir Poutine), milite aujourd'hui pour un rapprochement de Russie unie avec les formations politiques européennes modérées.

20 mars 2019