Le Courrier de Russie

Tuerie de Danghara : Daech à la conquête de l’Asie centrale

Dimanche 28 juillet 2018, sept touristes étrangers, venus visiter le Tadjikistan à vélo, étaient la cible d’un attentat terroriste dans le Sud du pays. L’attaque, perpétrée sur la route reliant Douchanbé à Kulob, dans le district de Danghara, s’est déroulée en deux temps : une voiture a d’abord renversé les cyclistes, avant que les terroristes ne reviennent à la charge pour achever leurs victimes. L’État islamique (EI) a revendiqué l’opération.

La « tuerie de Danghara », comme on appelle ce crime odieux au Tadjikistan, relance ainsi le débat sur la menace que fait peser sur l’Asie centrale le « califat » proclamé il y a quatre ans par le leader sunnite irakien Abou Bakral-Baghdadi.

Dans chaque pays, l’État islamique se manifeste d’une manière particulière, tant au niveau de la dramaturgie terroriste que des instruments utilisés. Toutefois, le spectacle s’achève invariablement par la mort d’innocents et par le culte triomphal de la mort, un principe au cœur même de la doctrine de ce « califat » moderne.

Le scénario du 29 juillet est sordide : par deux fois, une voiture fonce sur des étrangers qui traversent le Tadjikistan à vélo. D’abord, pour les renverser, puis pour les empêcher de se relever. Sans laisser le temps à leurs victimes de reprendre leurs esprits, les terroristes s’élancent hors du véhicule et se ruent sur elles, […]