Le lance-missile Marchal Oustinov. Crédits : Wikimedia

Diplomatie de la canonnière en Méditerranée orientale

Un groupe naval russe, équipé de missiles de croisières, vient de prendre ses quartiers au large de la Syrie. Cette fois, pas de vieux porte-avions fumant, mais une concentration de bâtiments parmi les plus récents. Igor Delanoë, Directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe de Moscou et auteur du blog Le portail des forces navales de la Fédération de Russie explique les raisons de ce déploiement militaire.

La presse russe est en émoi. Elle relaie les bruits insistants selon lesquels une « nouvelle provocation à l’arme chimique », instiguée par les États-Unis et la Grande-Bretagne, serait en préparation, et concernerait cette fois une bourgade de la région d’Idlib, dernière province tenue par les djihadistes en Syrie. Une fois l’attaque réalisée, et l’opinion occidentale choquée, une nouvelle vague de frappes punitives serait déclenchée, à la manière de celles menées par les Français, les Britanniques et les Américains en avril dernier. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Igor Delanoë

Dernières nouvelles de la Russie

International

Igor Delanoë : « Moscou n’a pas intérêt à troquer Téhéran contre Riyad »

La visite du roi Salman à Moscou intervient sur fond d’intensification des relations bilatérales, dans le contexte à la fois de la crise syrienne, dans laquelle les deux parties soutiennent des camps opposés, et de l’effondrement des prix du brut, qui affecte aussi bien le budget russe que le budget saoudien. Afin de tenter de limiter les dégâts, les Russes et les Saoudiens ont noué un dialogue beaucoup plus profond qu’auparavant – ils veulent coordonner leur production dans le cadre de l’OPEP + la Russie, en vue de stabiliser la chute des prix du pétrole. C’est autour de ces thématiques que les relations russo-saoudiennes se développent depuis deux ans. Et la coopération porte ses fruits. Grâce à l’accord OPEP+, signé en décembre 2016, le prix du baril est aujourd’hui stabilisé autour de 50-55 dollars, alors qu’il était passé au-dessous des 30 dollars fin 2016. L’enjeu est désormais de savoir si cet accord sera prolongé, et dans quelles conditions. Il faudra attendre la fin de l’année pour le savoir. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 octobre 2017