Poutine / Macron : une relation à demi-mot

Emmanuel Macron, Coupe du monde de football oblige, vient d’effectuer sa troisième visite en Russie en moins de deux mois. L’occasion pour lui de rencontrer à nouveau Vladimir Poutine avec lequel ses prédécesseurs entretenaient des rapports distants, souvent difficiles. De l’aveu même de l’Élysée, les deux hommes se parlent régulièrement – chaque semaine – au téléphone. Le chroniqueur de politique internationale du Figaro, Renaud Girard, qui a interviewé le président Poutine lors de sa venue à Versailles en mai 2017 et a eu la possibilité d’accompagner le président Macron à Saint-Pétersbourg en mai dernier, revient pour le Courrier de Russie sur ces relations inattendues entre le maître du Kremlin, qui dirige son pays depuis plus de dix-huit ans, et le jeune chef d’État français, étoile politique montante de l’Europe et du monde occidental.

Le Courrier de Russie : Vous êtes un spécialiste de la Russie, vous avez récemment été l’invité du président de la République, Emmanuel Macron, lors de sa visite au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) et, à cette occasion, le témoin privilégié de sa rencontre avec Vladimir Poutine. Comment jugez-vous les relations entre les deux hommes ? 

Renaud Girard : Avant tout, je pense qu’il était important que le président Macron accueille le président Poutine à Versailles, l’an dernier, le 29 mai 2017, ne serait-ce que pour la symbolique que représentait ce voyage – il s’agissait du 300e anniversaire de la visite de Pierre le Grand et de l’instauration de relations diplomatiques entre la France et la Russie. Cette année, à Saint-Pétersbourg, dans la ville même de Pierre le Grand, il s’agissait en quelque sorte d’un nouvel hommage. D’ailleurs, le président Macron n’a pas hésité à critiquer rétrospectivement Louis XIV qui n’avait pas su recevoir le jeune Pierre le Grand, lors de son premier voyage en Occident [la « Grande Ambassade », 1697-1698, ndlr], n’ayant pas alors la préscience du pouvoir qu’allait prendre la Russie dans l’Europe du Nord, notamment après la bataille de Poltava et la victoire de Pierre sur la Suède [8 juillet 1709, ndlr].

« Le président Macron a réussi a tisser des liens d’amitié, ou de proximité avec Vladimir Poutine, des liens personnels. »

Sur la plan du symbole, la visite du président Macron à Saint-Pétersbourg est donc un moment fort pour les relations entre les deux pays, dont l’histoire et les racines historiques communes ponctuent les relations. Le symbolique, dans les relations internationales, est d’ailleurs beaucoup plus important qu’on ne le croit généralement.

Ensuite, ce qui m’a frappé dans ce voyage, c’est que le président français est parvenu à tisser des liens d’amitié, ou de proximité avec Vladimir Poutine, des liens personnels.

Et la politique, qui se fait par les hommes, et non par une fatalité économique, dépend de ces liens. Ils ont ici réussi à instaurer un dialogue dans lequel ils se font confiance : « le courant passe bien ». À Versailles, Emmanuel Macron était un président complètement « neuf », tout juste élu. Poutine était impressionné par ce jeune homme sorti de nulle part et qui l’accueillait comme un « roi de France ». Cette année, les choses sont différentes: Emmanuel Macron est arrivé à Saint-Pétersbourg comme une figure politique de premier plan, à la fois dans l’Union européenne et face aux États-Unis.

La qualité des relations personnelles qui se sont établies entre les deux hommes pourra, le jour venu, être utile pour construire ensemble, mais aujourd’hui différents dossiers sont encore bloqués et les circonstances ne sont pas réunies pour qu’ils puissent être débloqués.

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron à Versailles, en mai 2017. Crédits : Kremlin.ru
Vladimir Poutine et Emmanuel Macron à Versailles, en mai 2017. Crédits : Kremlin.ru

LCDR : Certains prétendent que la persistance de ces blocages vient de ce que les personnes en charge, à Paris, des relations avec la Russie, notamment au Quai d’Orsay, sont les mêmes qui s’en occupaient avant l’élection d’Emmanuel Macron. D’aucuns déplorent leur alignement sur la diplomatie américaine. Pensez-vous que ces critiques soient justifiées ?

R. G. : Je crois qu’Emmanuel Macron est un homme qui sait se faire respecter, et faire respecter ses décisions. Il sait écouter, mais une fois que la décision est prise il attend qu’elle soit appliquée – puisque, comme chacun sait, dans la Constitution de la Ve République, c’est le président qui est chargé de la politique étrangère du pays.

Pour autant, en ce qui concerne les sanctions, par exemple [adoptées contre Moscou pour son implication dans la crise ukrainienne, ndlr] ‒ et bien que la France y soit beaucoup moins favorable, comparée à certains pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Suède ‒, il est très difficile de les lever alors qu’aucun progrès n’a été constaté en Ukraine, sur le plan tant politique que militaire.

Au passage, il faut souligner la difficulté à établir les responsabilités : qui n’applique pas les Accords de Minsk ? Sur le volet politique, les Ukrainiens disent avoir voté le statut de région autonome réclamé par ces accords pour les régions de Donetsk et Lougansk. Les Russes, eux, prétendent que ce processus n’est pas achevé.

La situation est donc aujourd’hui bloquée, et je n’ai pas l’impression qu’elle pourra évoluer avant l’élection présidentielle, à Kiev, prévue au printemps 2019.

« Nous payons pour les autres et pour une politique qui n’est pas la nôtre. »

LCDR : Tout le monde semble englué dans ce dossier : la Russie, mais aussi la France et l’Allemagne, ces deux pays étant les garants des accords de Minsk, une initiative politique française au départ. Même Emmanuel Macron, avec cette capacité à convaincre que lui reconnaissent ses interlocuteurs, n’arrive pas à relancer le processus…

R. G. : Le problème c’est que nous sommes pénalisés, Allemands, Français et Italiens, par ce système de sanctions et de contre-sanctions [décidées par Moscou, ndlr], alors que ceux qui ont réellement voulu les mettre en place, les Américains, n’ont pas de commerce avec la Russie. Cela revient à une situation où nous payons pour les autres et pour une politique qui n’est pas la nôtre. En réalité, les Américains n’ont pas renoncé à un élargissement de l’OTAN aux anciennes républiques de l’URSS, alors que nous nous sommes opposés à l’entrée de la Géorgie et de l’Ukraine dans l’OTAN, en avril 2008, lors du sommet de Bucarest. Hélas, notre message, à l’époque, n’a pas été très clair : il eût été plus judicieux d’exposer clairement notre volonté d’en finir avec l’extension de l’OTAN à l’Est de l’Europe, ce chiffon rouge agité au nez et à la barbe des Russes qui ont historiquement un complexe obsidional.

« Si, en 2014, l’opposition ukrainienne a lâché les Européens, c’est parce qu’elle avait conscience du soutien que lui apportaient les Américains. »

LCDR : Complexe qui n’avait pas été pris en compte par les prédécesseurs d’Emmanuel Macron…

R. G. : Le ressenti russe a très certainement échappé à François Hollande, un peu moins à Nicolas Sarkozy, et encore moins à Jacques Chirac, qui comprenait mieux les Russes et entretenait avec eux de bonnes relations.

Il est avéré aujourd’hui que dans cette région du monde et d’autres, dans l’ensemble de l’Orient, qu’il soit russe ou arabo-musulman, les Américains et leurs alliés européens mènent des politiques divergentes.

Si l’accord du 21 février 2014, passé entre les leaders de l’opposition ukrainienne et le président prorusse Viktor Ianoukovitch (parrainé par la France, l’Allemagne et la Pologne), avait tenu, il est vraisemblable que les États Unis ‒ notamment par l’intermédiaire de la néoconservatrice, Victoria Nuland, leur secrétaire d’État de l’époque pour l’Europe ‒ auraient aussitôt tout fait pour le saboter.

Si, en 2014, l’opposition ukrainienne a lâché les Européens, c’est parce qu’elle avait conscience du soutien que lui apportaient les Américains.

Cette divergence de politique se retrouve au Moyen-Orient, où les Européens considèrent l’Iran comme une grande nation avec laquelle il faut commercer ; une nation qui doit revenir sur la scène internationale et ne plus être traitée en paria. Les États-Unis, en revanche, après avoir été à l’initiative de ce magnifique traité diplomatique qu’était l’accord de dénucléarisation de l’Iran [conclu à Vienne le 14 juillet 2015, ndlr], sont revenus sur leur signature.

Donald Trump et Emmanuel Macron en juillet 2017. Crédits : Wikimedia
Donald Trump et Emmanuel Macron en juillet 2017. Crédits : Wikimedia

LCDR : Le soutien américain à l’Ukraine n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Pourquoi Kiev accepterait-elle d’appliquer les accords de Minsk alors que Washington lui promet l’intégration à l’OTAN ?

R.G. : Il n’est absolument pas dans l’intérêt des Russes et des Ukrainiens de maintenir cet état d’hostilité : commercer, faire du business, serait évidemment plus avantageux pour les deux pays. Cela crève les yeux. Le problème est que les présidents Porochenko et Poutine, chacun dans son pays, sont des centristes. Mais ils sont dépassés par la virulence de leurs nationalistes. Ils n’ont pas envie, en faisant des concessions, d’être taxés de trahison.

Il s’agit aussi de sauver la face et de rassurer les Russes. Or, autant il est envisageable pour les puissances européennes qui restent dans l’Union ‒ c’est-à-dire l’Allemagne, la France et l’Italie ‒ de dire à la Russie : l’Ukraine n’intègrera jamais l’OTAN, autant il ne faut pas espérer l’entendre des Américains.

À cela s’ajoute le fait que les relations russo-européennes sont difficiles par elles-mêmes : la Chancelière Merkel reproche à Vladimir Poutine de lui avoir menti pendant la crise de Crimée en mars 2014 ; les Pays-Bas n’ont pas oublié le crash de l’avion de la compagnie Malaysia Airline, rempli de touristes hollandais et abattu par un missile de fabrication russe… Ces rapports russo-européens, déjà tendus, sont rendus plus difficiles encore par les dissensions transatlantiques, qui ne permettent pas d’avoir une politique coordonnée et raisonnable à l’égard de la Russie.

« L’Europe et la France ne sont pas vraiment capables de faire le pari de la Russie. La France, comme les autres pays européens, ne fait ce pari qu’à demi-mot, sans s’impliquer entièrement. »

En réalité, une forte défiance persiste entre la Russie et les États-Unis, surtout du côté du Congrès, puisque le président Trump a des foucades prorusses, comme nous venons de le voir à Helsinki, lors de sa rencontre avec le président Poutine ou, il y a quelques semaines, lorsqu’il a proposé que la Russie réintègre le G7.

Mais quand le général de Gaulle menait, à partir de son voyage en Russie de 1966, une politique de détente et de rapprochement avec l’URSS, elle pouvait se révéler utile et donc être utilisée par l’allié américain de la France. Aujourd’hui on a des divergences et une mésentente très fortes entre l’Europe et l’Amérique, sans qu’il en ressorte aucun effet bénéfique. Les effets de la politique gaullienne, eux, était très clairs, puisque c’est à Paris qu’ont été signés les traité de paix sur le Vietnam et que c’est de Gaulle qui a conseillé à Nixon de reconnaître la République populaire de Chine. Aujourd’hui, nous sommes devant une scène politique internationale éclatée, une Europe et une France qui ne sont pas vraiment capables de faire le pari de la Russie : la France, comme les autres pays, ne fait ce pari qu’à demi-mot, à mi-lèvre, sans s’impliquer entièrement. Aucun pays ne se risque à faire ce pari à 100 %. Le dernier sommet de Bruxelles n’a fait que confirmer ces valses-hésitations : les Italiens n’ont pas osé voter contre les sanctions à l’encontre de la Russie.

Le président français Charles de Gaulle à Moscou, en 1966. Crédits : Image d'archives
Le président français Charles de Gaulle à Moscou, en 1966. Crédits : Image d’archives

LCDR : Comment prendre ce pari de la Russie ?

R.G. : Les Européens pourraient dire : « Nous abolissons le régime des sanctions à l’égard de la Russie mais nous voulons en échange des gestes de bonne volonté de sa part. » Ces gestes de bonne volonté, sont, avant tout, la reprise du contrôle par les Ukrainiens de leur frontière du Donbass. Pour ce qui est de la Crimée, c’est une affaire qui ne pourra être réglée que par un accord bilatéral russo-ukrainien (peut-être un accord de co-souveraineté), or cet accord ne se fera pas tout de suite.

Notez que l’Union européenne n’est pas un partenaire facile à appréhender puisqu’elle a ses propres divisions : il est évident que les Néerlandais et les Allemands n’ont pas la même vision des Russes que les Français, qui n’ont toujours eu qu’à se réjouir des rapprochements franco-russes dans leur histoire.

LCDR : Peut-on parler d’une politique russe d’Emmanuel Macron ?

R. G. : Il a posé des principes qui permettent un rapprochement, ce qui est important. Au Forum de Saint-Pétersbourg, il a dit clairement que la France avait renoncé à tout néo-conservatisme et qu’elle respectait la souveraineté des États : c’était une déclaration majeure à la fois pour Vladimir Poutine et pour la Russie, qui estiment que les Occidentaux n’ont pas à imposer des changements de régime politique aux autres pays. Emmanuel Macron a posé un principe qui le rapproche de la Russie et qui est une critique du comportement passé des Américains, lesquels avaient ouvertement pris le parti du regime-change en Ukraine, au moment de Maïdan.

« Les Occidentaux n’ont pas entendu le discours de Vladimir Poutine lors de la conférence sur la sécurité à Munich, en février 2007, dans lequel il exprimait son irritation face à ce qu’il considérait comme un expansionnisme de l’OTAN à l’est de l’Europe. »

L’annonce du président Macron est très claire mais, malgré cela, il va être difficile de reconstruire des relations de confiance avec la Russie. On pourrait comparer les relations internationales à un aquarium : il est aisé de préparer une soupe avec les poissons qui y vivent, mais beaucoup plus compliqué de repeupler l’aquarium lorsqu’on a dans son assiette une soupe de poisson ! Quand les relations se sont détériorées au point de déclencher une annexion, un changement de frontière comme en Crimée, quand des milliers de vies humaines ont été perdues en Ukraine, c’est-à-dire en Europe, alors il est très difficile de reconstituer l’aquarium.

Les Occidentaux n’ont pas été capables d’entendre le discours de Vladimir Poutine, prononcé lors de la conférence de Munich sur la sécurité, en février 2007, dans lequel il exprimait son irritation face à ce qu’il considérait comme un expansionnisme de l’OTAN à l’est de l’Europe et une conduite désinvolte de l’Occident à l’égard de la Russie. Les Européens et les Américains ne l’ont pas pris au sérieux et n’ont jamais traité le problème qu’il soulevait. Celui-ci, au demeurant, ne sera pas traité avant longtemps : les Européens sont frileux lorsqu’il s’agit d’assumer une nouvelle politique à l’égard de la Russie. Cette frilosité est due à la pression des États-Unis, mais aussi à leur propre désunion. Au sein de l’Union européenne, se confrontent les puissances prorusses (l’Espagne, l’Italie, l’Autriche, la Hongrie et même la France d’une certaine façon) et les puissances hostiles à la Russie, comme les pays baltes, la Pologne, l’Allemagne de Merkel, la Hollande et l’Angleterre, bien que cette dernière quitte l’Union. Dans un contexte comme celui-là, avoir une politique efficace pour « reconstituer l’aquarium » est particulièrement ardu.

Renaud Girard est le chroniqueur de politique internationale du Figaro. Depuis plus de trente ans, il couvre les principaux conflits de la planète en tant que Grand Reporter et correspondant de guerre. Géopoliticien, il enseigne la stratégie à Sciences Po Paris. Il a notamment publié Retour à Peshawar (éd. Grasset, 2010); Le Monde en guerre (éd. Montparnasse, 2016) et dernièrement Quelle diplomatie pour la France ? (éd. du Cerf, 2017).

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

International

Les frontières de l’influence numérique russe

Interview exclusive – À l’occasion de la sortie de son livre Ru.net, Géopolitique du cyberespace russophone (éd. L’Inventaire), Kevin Limonier, maître de conférences en études slaves et géopolitique à l’Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, revient pour le Courrier de Russie sur l’image de « cyberpuissance » que s’est construite la Russie ces dernières années. Entre ingérences politiques supposées et guerre de l’information réelle ou fantasmée, bienvenue dans le Ru.net, le cyberespace tant redouté par le monde occidental ! Le Courrier de Russie : Avons-nous aujourd’hui la preuve que la Russie a contribué à la victoire de Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de 2017 ? Kevin Limonier : Non, nous n’en avons pas de preuve irréfutable et cela pour plusieurs raisons : la première, c’est qu’il faudrait qu’une attribution claire soit établie concernant les attaques dirigées contre le Comité national démocrate (DNC / Democratic National Committee), ce qui pour le moment n’est pas le cas. On sait qu’il y a eu des ingérences russes par le biais d’une agence qui s’appelle Internet Research Agency, située à Saint-Pétersbourg, sur laquelle enquête aujourd’hui le procureur spécial Robert Mueller. On commence à avoir une masse d’informations sur des sociétés écrans, comme Concord Catering, qui appartient à Evgueni Prigojine, un proche de Vladimir Poutine. Il y a des bribes d’informations qui commencent à faire sens. Mais, même si on avait la preuve irréfutable que le DNC a été piraté par les Russes, même si il était établi qu’ils sont bien à l’origine de tout ce qu’on leur reproche dans l’élection américaine, nous n’aurions pas pour autant la preuve irréfutable que leurs agissements ont déterminé l’issue du scrutin. Pour moi, le résultat de l’élection présidentielle de 2017 est, avant tout, une affaire de politique intérieure, les Américains n’avaient pas besoin des Russes pour en arriver là. Maintenant, l’action supposée de la Russie pose un certain nombre de questions aux démocraties occidentales, sur leur solidité notamment. LCDR : Où se situe la frontière entre influence et ingérence ? K.L. : Il n’y a pas de limite très claire, dans la mesure où des grandes puissances comme la Russie, les États-Unis ou la France, ont toutes une politique d’influence. L’ingérence, généralement, induit des actions plus ou moins coercitives pour essayer d’influencer un processus dans un État tiers. C’est d’ailleurs une des définitions de la puissance selon Raymond Aron : une puissance est un pays qui impose sa volonté à un autre, une unité politique qui impose ses choix à une autre. D’une certaine manière, l’ingérence est une des formes de contrainte dont disposent aujourd’hui les États pour parvenir à leurs fins. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 septembre 2018
International

« Emmanuel Macron doit faire le pari de la Russie »
Interview de Renaud Girard

Emmanuel Macron a annoncé début juillet l'organisation, les 11, 12 et 13 novembre prochains, d’un grand Forum sur la Paix à Paris, dans le cadre de la célébration du centenaire de l’armistice de 1918. Il y a convié les chefs d'État des pays ayant participé à la Première Guerre mondiale, dont Vladimir Poutine et Donald Trump.

12 septembre 2018
International

Pourquoi la Russie s’intéresse
t-elle à l’Afrique ?

L'assassinat de trois journalistes russes en Centrafrique montre que la Russie est désormais présente en Afrique centrale. Arnaud Dubien, directeur de l'Observatoire franco-russe explique comment Moscou est parvenue à s'installer dans ce qui était jusqu'à présent un pré carré français.

8 août 2018