Le Courrier de Russie

Affaire Boutina : au cœur de la première audience

L’audience de l’affaire Maria Boutina, qui s’est tenue mercredi 18 juillet dans un tribunal de Washington, a été suivie très attentivement aux États-Unis. Arrêtée le 15 juillet, la jeune Russe de 29 ans est accusée d’avoir agi en tant qu’agent non déclaré d’un gouvernement étranger et encourt une peine de dix ans de prison.

L’audience a attiré tant de monde qu’il a fallu ouvrir une seconde salle où les débats ont été diffusés sur un écran. Vêtue d’une combinaison orange, Maria Boutina a été conduite dans la salle principale. Elle tenait ses mains derrière son dos mais n’était pas menottée. Au cours de l’audience, elle est restée calme et a écrit dans un bloc-notes, sans toutefois prononcer un seul mot.

Un visa suspect

La juge Deborah Robinson a ouvert les débats en annonçant que la prochaine audience aurait lieu fin juillet. L’avocat de Maria Boutina, Robert Driscoll, a ensuite déclaré que sa cliente plaidait non coupable.

Le procureur Erik Kenerson a longuement énuméré les faits témoignant, selon lui, de l’activité illégale de la jeune femme aux États-Unis. On lui reproche notamment une longue correspondance électronique avec deux citoyens américains. Si les noms de ces derniers ne figurent pas encore dans le dossier, l’avocat de l’accusée a plus tard affirmé que l’un d’eux était le petit ami de cette dernière.

C’est avec lui que la jeune femme, selon les autorités américaines, a discuté de l’obtention de son visa d’entrée aux USA. « En 2014, elle a eu une longue discussion au sujet d’un visa de travail et non d’un visa étudiant », […]