Le Courrier de Russie

L’affaire Benalla vue de Moscou

Le président de la République, Emmanuel Macron, est en visite dans l’Orne, jeudi 12 avril. Le chef de l’État participe pendant une heure au journal télévisé de 13?h de Jean-Pierre Pernaut, dont la chaîne TF1 délocalise exceptionnellement le plateau dans une classe de l’école primaire de Berd’huis (commune de 1?100 habitants proche de Nogent-le-Rotrou). Ici le président Macron aux côtés d'Alexandre Benalla *** Local Caption *** Affaire Benalla : la pression monte Les accusations de violences&finDL;qui pèsent sur Alexandre Benalla&finDL;(à gauche), chargé de mission&finDL;de l’Élysée, ont entraîné une grave crise politique. Emmanuel Macron garde le silence, mais les appels&finDL;se multiplient pour qu’il s’explique. page 7

L’onde de l’affaire Benalla, du nom de l’ex-garde du corps d’Emmanuel Macron accusé de violence contre des participants aux manifestations du 1er mai, s’est propagée jusqu’en Russie. Les personnalités politiques du pays se gardent toutefois de commenter l’affaire.

« Il n’y a pas et il n’y aura pas de commentaire officiel. Pour Moscou, cette affaire survenue en France est un bon moyen de montrer au monde entier qu’elle n’intervient jamais dans les affaires intérieures des autres États », explique une source diplomatique russe sous couvert d’anonymat.
La crise politique suscitée en France par le comportement de ce chargé de mission, proche du président Macron, est toutefois largement commenté par la presse russe. Les journaux attirent l’attention sur deux éléments : d’une part, Alexandre Benalla n’avait pas le droit d’empiéter sur le domaine réservé de la police lors des manifestations du 1er mai ; d’autre part, en apprenant comment le garde du corps s’était comporté (il a molesté deux manifestants), l’Élysée et le ministère de l’Intérieur ont tenté d’étouffer l’affaire.

Les journaux Izvestia, Novaïa Gazeta et RBC rappellent que, […]