Russie/États-Unis : Bras de fer pétrolier à Caracas

La réélection de Nicolás Maduro, le 21 mai dernier, pour un nouveau mandat de six ans à la présidence du Venezuela est une nouvelle positive, bien qu’inattendue, pour le Kremlin. Les relations entre la Russie et le Venezuela se sont rapidement développées après l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez en 1998. Son décès en 2013 et la victoire de Maduro n’ont rien changé aux relations entre les deux pays : à l’instar de la Chine, la Russie est devenue un des principaux créanciers du Venezuela, dont les réserves de pétrole sont parmi les plus importantes au monde et qui traverse aujourd’hui une crise très grave.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), en 2018, le taux d’inflation du Venezuela sera le plus élevé du monde, oscillant entre 13 000 et 14 000 %. Les rayons des magasins sont vides. Le système de santé est en ruine. Le salaire moyen s’élève à 3,6 dollars par mois, ce qui suffit à peine à acheter deux boîtes de thon. Ces deux dernières années, afin d’échapper à la famine, 1,2 million de Vénézuéliens ont émigré en Colombie et dans d’autres pays latino-américains. 90 % de la population reprochent au gouvernement son incapacité à mettre de l’ordre dans le pays et souhaiteraient un nouveau dirigeant.

Les États-Unis et la majorité des pays du continent (dont l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie et le Mexique) n’ont pas reconnu les résultats de la présidentielle vénézuélienne, qualifiant la campagne électorale de « farce ». En plus d’isoler diplomatiquement le pays, Washington lui a infligé de lourdes sanctions économiques. L’an dernier, le gouvernement américain s’est ainsi opposé à la vente des titres de la société pétrolière Petroleos de Venezuela (PDVSA), dont les recettes, issues de l’exportation, représentent 96 % des revenus nationaux. Le Trésor américain a interdit aux particuliers d’acquérir des titres finançant la dette publique du Venezuela, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Eugene Bai