Mer Caspienne : un bassin à missiles dans un champ de pétrole

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, a récemment annoncé le déménagement de la flottille de la Caspienne du port d’Astrakhan à celui de Kaspiïsk, situé à quelques centaines de kilomètres plus au sud, au Daghestan.

459 millions de roubles (6,3 millions d’euros) seront dépensés pour la construction de cette nouvelle base navale qui devrait être opérationnelle d’ici à 2020. Si les raisons invoquées officiellement sont avant tout d’ordre climatique, les experts s’accordent à dire qu’il s’agit également d’un déménagement stratégique de la flottille, dont l’importance militaire a été démontrée lors de la campagne russe en Syrie.

En 1992, suite à l’effondrement de l’URSS, la flottille de la Caspienne, basée à Bakou (Azerbaïdjan) depuis 1867, est transférée en toute hâte dans les ports d’Astrakhan et de Makhatchkala. À l’époque, de nombreux paramètres, empêchant le fonctionnement opérationnel de la flottille, ne sont pas pris en compte. « Astrakhan, c’est la Volga. Elle y gèle pendant cinq mois », rappelle l’amiral Viktor Kravtchenko, ancien chef d’État-major de la marine russe. Et en été, l’eau est parfois trop peu profonde pour que les navires puissent se déplacer. En outre, Astrakhan et Makhatchkala abritent toutes deux des ports commerciaux : il n’est pas rare que la circulation des navires marchands entrave celle de la flottille. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier