Corée du Nord : La diplomatie russe en embuscade

Jeudi 21 juin, le président sud-coréen, Moon Jae-in, sera reçu à Moscou par Vladimir Poutine. Il s'agit d’une visite d’État, la première depuis 1999. Le dossier nord-coréen devrait être au cœur de leurs discussions. Bien que les relations politiques et économiques entre Moscou et Pyongyang se soient résumées à peu de choses ces dernières années, les autorités russes ont activement contribué aux efforts de dénucléarisation dans la péninsule.À l’heure des sanctions américaines et du tournant vers l’Est entrepris par le Kremlin, Pyongyang apparaît comme un potentiel allié et partenaire de Moscou. En témoigne la relance par Gazprom d'un projet de gazoduc reliant la Russie à la Corée du Sud via la Corée du Nord.De nombreux experts russes s’attendaient notamment à ce que la Corée du Nord accepte de démonter certains éléments clés de son complexe nucléaire et balistique, par exemple en transférant aux États-Unis ou à des pays tiers une partie de ses centrifugeuses, et d’autoriser la présence d’inspecteurs étrangers sur certains de ses sites nucléaires. Plusieurs observateurs pensaient que les Nord-Coréens se débarrasseraient d’une partie de leur plutonium militaire et de leur uranium enrichi. Si toutes ces mesures n’impliqueraient pas un désarmement total, elles limiteraient toutefois la capacité de Pyongyang à exploiter son potentiel nucléaire et balistique à des fins offensives.
Si l’on examine le texte de la déclaration de Singapour, on arrive à la conclusion que les deux chefs d’État ne se sont mis d’accord sur rien.
La déclaration de Singapour et les propos tenus par Donald Trump ont provoqué une certaine stupeur chez les observateurs. Selon Andreï Lankov, professeur à l’université Kookmin de Séoul et l'un des meilleurs spécialistes russes de la Corée du Nord, à la lecture de la déclaration, ses collègues « ont éclaté de rire, rompant avec l’atmosphère austère du bureau ».Et, en effet, si l’on examine le texte de la déclaration de Singapour, on arrive à la conclusion que les deux chefs d’État ne se sont mis d’accord sur rien.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Eugene Bai

Dernières nouvelles de la Russie

Russie-Venezuela : une amitié durable

Au Venezuela, la balance penche de plus en plus du côté… du Kremlin. Grâce au soutien de la Russie, le régime de Nicolas Maduro est sauvé et la menace d’intervention américaine semble écartée. Cependant, le pays est toujours au bord de la faillite.

 

3 octobre 2019

Oleg Smolenkov : L’espion qui jardinait

Au début de septembre 2019, The Washington Post, la chaîne CNN et The New York Times révèlent un scandale d’espionnage remontant à deux ans : la CIA aurait exfiltré en urgence un agent « haut placé au Kremlin », afin d’éviter qu’il ne soit découvert.

 

27 septembre 2019

Guerres modernes, soldats de fortune : Le boom des sociétés militaires privées en Russie

Officiellement, il n’y a pas de société militaire privée (SMP) en Russie. À la différence de certains pays, la Fédération ne leur reconnaît pas d’existence légale. Mais la réalité est très différente : depuis 2014, on trouve la trace de mercenaires russes, dans de nombreuses zones de conflit.

 

4 septembre 2019