Une. Crédits : tut.by

Minsk : la dérussification en douce

Chaque année, le 9 mai, les pays de l'ex-URSS fêtent traditionnellement le « Jour de la Victoire », qui célèbre la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. La forme n’a pas changé depuis la période soviétique : pléthore de drapeaux rouges, gerbes de fleurs déposées au pied des monuments aux morts, rassemblements, discours des chefs d'État et défilés militaires. Or, cette année, la Biélorussie, pourtant considérée comme l'alliée la plus proche et la plus dévouée de Moscou dans tout l'espace postsoviétique, a interdit la tenue dans sa capitale du « Régiment immortel », cette marche populaire à l’occasion de laquelle les habitants défilent dans les rues en brandissant les portraits de leurs ancêtres ayant combattu entre 1941 et 1945. Que s'est-il passé ?Le 7 mai dernier, la mairie de Minsk refuse aux organisateurs du Régiment immortel l'autorisation de défiler. Raison invoquée : la Ville organise, le même jour, un événement similaire, intitulé « La Biélorussie se souvient », auquel doivent participer le président Loukachenko ainsi que de nombreux officiels biélorusses. Moscou est sous le choc.Dès le lendemain, le 8 mai, les autorités de la capitale se ravisent et autorisent la tenue de la marche. Pour finir, l'événement se déroule assez discrètement, rassemblant peu de participants. L'incident a provoqué un scandale. Plusieurs médias russes pro-gouvernementaux ont crié à la « trahison » et accusé Alexandre Loukachenko de soutenir les forces séparatistes et nationalistes, qui cherchent à arracher le pays à l’influence politique et culturelle de la Russie. Ou, en d’autres termes, à ce que l’on appelle le « monde russe ». Pour la presse russe proche du Kremlin, la Biélorussie est en train de suivre les traces d’une autre ex-république soviétique : l’Ukraine.Le défilé du Régiment immortel de Minsk était organisé par le « Conseil de coordination des communautés russes » de l’ambassade de Russie en Biélorussie, dont le directeur, Andreï Guerachtchenko, a récemment été démis de ses fonctions d'élu de la ville de Vitebsk pour avoir déclaré en public que les Biélorusses « font partie du peuple russe ». On sait pourtant combien le président Loukachenko aime à évoquer « la proximité historique » existant entre les peuples biélorusse et russe,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Denis Lavnikevitch

Dernières nouvelles de la Russie

Biélorussie : l’anonymat sur internet en péril

Les autorités biélorusses ont récemment mis en place un système d’identification obligatoire des internautes qui laissent des commentaires sur les sites d’actualité ou sur les forums.

 

12 décembre 2018

L’année prochaine, à Minsk

L’année prochaine, le président biélorusse Alexandre Loukachenko devrait fêter vingt-cinq ans de pouvoir sans partage. Mais cet anniversaire pourrait bien ne jamais avoir lieu. Plusieurs décisions récentes du Kremlin laissent présager d’un avenir différent : la Biélorussie risque, d'ici quelques mois, de ne plus être un État complètement souverain...

 

29 août 2018

Moscou-Minsk : le printemps de la discorde

Durant la Coupe du monde de football 2018, les touristes munis d’un visa russe pourront se rendre librement en Biélorussie autant de fois qu’ils le souhaitent, et inversement pour ceux qui séjourneront dans ce pays lors des prochains Jeux européens, du 14 au 30 juin 2019.

 

5 juin 2018