S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Ioulia Skripal : une jeune femme sous influence

Ioulia Skripal : une jeune femme sous influence

« Ma vie a été bouleversée… J’ai encore du mal à me faire à l’idée que nous avons subi une telle agression… Dans l’avenir, j’espère rentrer dans mon pays. »

Les médias britanniques ont diffusé la semaine dernière une vidéo de Ioulia Skripal, 33 ans, fille de l’ancien agent double Sergueï Skripal. La jeune femme s’y exprime pendant une dizaine de minutes, avec aisance, sans hésiter, baissant toutefois les yeux de temps à autre, manifestement pour lire un texte tout prêt. Ioulia Skripal et son père ont été victimes d’une tentative d’empoisonnement le 4 mars dernier dans la ville de Salisbury, au Royaume-Uni, au moyen, selon la police britannique, de l’agent innervant Novitchok de dernière génération, fabriqué en Russie.

Le message vidéo de Ioulia Skripal ‒ qui s'exprime depuis un jardin anglais typique, face à la caméra, vêtue d’une robe lilas ‒ a été diffusé le 24 mai par l’agence Reuters et la chaîne de télévision SkyNews. On remarque immédiatement, sur sa gorge, une cicatrice absente des photographies plus anciennes : la jeune femme a manifestement subi une trachéotomie à l’hôpital. « Je ne souhaite pas entrer dans les détails, je dirai simplement que mon traitement a été invasif et extrêmement pénible », précise-t-elle. Sortie de l’hôpital le 9 avril, la fille de l’ancien agent du renseignement militaire russe (GRU) a depuis été placée « en lieu sûr », selon la police britannique. Son père, quant à lui, n'a quitté l’hôpital que le 18 mai.Embed from Getty Images
Version papier de la déclaration, en anglais et en russe

Ioulia Skripal, qui a passé vingt jours dans le coma, n’a appris qu’à son réveil, de la bouche des médecins, ce qu’elle et son père avaient subi. Ils ont été retrouvés inconscients sur un banc, dans un square situé en face du centre commercial The Maltings, à Salisbury, après avoir bu un verre au pub The Mill et déjeuné dans une pizzeria de la chaîne Zizzi. Dans la vidéo, Ioulia dit être choquée « par l’utilisation d’un agent innervant dans ces circonstances » et avoir de la chance d’être encore en vie.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Boris Iounanov

Moscou : un déconfinement kafkaïen

Masques imposés aux joggeurs, promenades un jour sur deux, attestation de domicile nécessaire pour sortir… À partir de ce lundi 1er juin, les habitants de Moscou découvrent un « monde d’après » digne d’Orwell ou de Kafka.

 

1 juin 2020

Ukraine : Zelensky cède face aux nationalistes

Élu il y a un an sur ses promesses de normalisation des relations avec la Russie et de résolution du conflit dans le Donbass, Volodymyr Zelensky vient d’adopter de nouvelles sanctions contre Moscou alors que, dans l’est du pays, les échanges de tirs sont quotidiens.

21 mai 2020

Prague-Moscou : l’espion qui venait d’un autre temps

À Prague, loin du consensus attendu en cette période de commémoration du 75e anniversaire de la capitulation nazie, une partie de la classe politique conteste le rôle joué par Moscou dans la libération de la ville et l’accuse de vouloir assassiner son maire...

14 mai 2020