Retrait américain de l’accord nucléaire iranien : une opportunité pour Moscou?

La semaine dernière, Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, négocié pendant treize ans entre Téhéran et les cinq pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne. Rapprochement russo-européen, regain des tensions dans le Proche-Orient, hausse du prix du pétrole, quelles sont les conséquences prévisibles de cette décision ?

Plusieurs médias russes soulignent l’opportunité que représente, pour la coopération entre les pays européens et Moscou, le retrait américain de l’accord. Alors que Donald Trump a pris une décision unilatérale, la Russie se trouve du « bon côté de l’histoire », comme le formule le politologue Vladimir Frolov dans Moscow Times, celui de la communauté internationale, incarnée par l’Organisation des Nations unies (ONU). Par ailleurs, dans une période de fortes tensions avec les pays européens – conflits en Syrie et Ukraine, affaire Skripal –, la décision prise par Donald Trump rapproche l’Europe et la Russie autour d’un objectif commun : la sauvegarde de l’accord.

De retour de Washington, Emmanuel Macron s’était entretenu avec Vladimir Poutine, exprimant son souhait de voir la Russie « jouer sur l’ensemble de ces questions un rôle constructif, afin d’éviter une montée des tensions dans la région. » Le dossier iranien devrait être au cœur de la rencontre des chefs d’État français et russe, qui aura lieu les 24 et 25 mai à l’occasion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Jeudi dernier, c’est le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, qui se rendait à Moscou pour discuter des suites du dossier iranien avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

«  Si elles doivent choisir entre les marchés iranien et américain, les entreprises européennes choisiront les États-Unis »

Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Grievaux, a annoncé que l’Union européenne (UE) était « prête à contester auprès de l’Organisation mondiale du Commerce toute mesure unilatérale qui attenterait aux intérêts des entreprises européennes ». […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier

Dernières nouvelles de la Russie

International

Centrafrique : La Russie s’installe dans le pré carré français

Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est rendu récemment au Congo, au Tchad et en Éthiopie pour évoquer les enjeux de sécurité régionale, en particulier la situation en République centrafricaine. Une situation « tendue, difficile », comme la définit le chef de la diplomatie française, et compliquée par l’arrivée inattendue d’un nouvel acteur politique : la Russie. Le 9 octobre 2017, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, se rend à Sotchi pour y rencontrer Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. Un mois plus tard, la Russie obtient, auprès du Conseil de sécurité des Nations unies, une levée partielle de l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique et s’engage à fournir 900 pistolets Makarov, 5 200 fusils d’assaut, 140 armes de précision, 840 fusils-mitrailleurs Kalachnikov, 270 lance-roquettes et 20 armes anti-aériennes à la République centrafricaine. Le 26 janvier 2018, le premier cargo d’armes russes arrive à Bangui, accompagné de 175 instructeurs destinés à former les soldats centrafricains à leur maniement. Depuis, la présence russe dans ce pays de 5 millions d’habitants ne cesse d’augmenter. Le président Touadéra a créé la surprise, à la mi-mars, en s’affichant entouré de militaires russes et non des traditionnels Casques bleus rwandais de la MINUSCA (mission onusienne en Centrafrique) censés assurer sa sécurité. Le même mois, Artem Kozhine, porte-parole adjoint du ministère russe des Affaires étrangères, rappelait qu’« en vertu des accords existants, la Russie explorait les perspectives de développement mutuellement bénéfique des ressources naturelles centrafricaines. Les concessions d’exploitation de prospection minière ont commencé en 2018. » Plus récemment, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 juin 2018
Société

#ImpactJournalism – Une application contre la démence

« Testez votre cerveau en 5 minutes. » Voilà ce que propose Eyemove, une application créée il y a moins de deux ans par un jeune ingénieur russe, Mikhaïl Iantchnikov. Elle permet de détecter, via l’évaluation de mouvements oculaires, certaines maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson.

16 juin 2018
Mondial 2018

« Merci les mecs, continuez comme ça ! » : Revue de presse au lendemain de la victoire russe

La Sbornaïa a créé la surprise hier, lors du match d’ouverture de la 21e édition de la Coupe du monde de football, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 juin 2018