Xi Jinping et Vladimir Poutine. Crédits : Youtube

Timofei Bordatchev : La Russie ne deviendra pas le junior partner de la Chine

La Chine a présenté à Astana (Kazakhstan) en septembre 2013 son projet de nouvelle Route de la soie. Elle met en avant le caractère « gagnant-gagnant » de ce projet qui, selon le ministère chinois des Affaires étrangères apportera « paix, coopération et bénéfice commun ». Mais qu’en pense la Russie ? Timofeï Bordatchev, directeur de programme au Club de discussion Valdaï, revient sur la vision russe de la Route de la soie.

Le Courrier de Russie : La Route de la soie apportera-t-elle des bénéfices économiques conséquents à la Russie ?

Timofeï Bordatchev : La ceinture économique de la Route de la Soie a des implications sur tout le continent eurasien. Du point de vue économique mais aussi politique, il a été décidé que la Russie ne participerait pas au projet One Belt One Road (OBOR) initié et mené par la Chine. La Russie a préféré signer un accord de coopération avec la Chine. Cependant elle est favorable au projet de Route de la soie qui prévoit des investissements, donc un développement de l’Asie centrale. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Richard Sourdot

Dernières nouvelles de la Russie

International

Ivan Timofeev : « Il existe un sentiment de solidarité européenne que la Russie doit prendre en compte »

Depuis 2014, en réaction à son implication dans la crise ukrainienne et suite à l’annexion et au rattachement de la Crimée, les États-Unis et l’Europe ont décidé des sanctions à l’encontre de la Russie. À contre-courant de la plupart des politologues russes, Ivan Timofeev, directeur des programmes du think tank Russian International Affairs Council (RIAC), considère que les sanctions ont permis de mettre en lumière une approche proprement européenne de la Russie, différente à celle de Washington.Le Courrier de Russie : Peut-on dire que les sanctions occidentales contraignent la Russie à réformer son économie, à la restructurer ? Ivan Timofeev : Elles ont contraint la Russie à réagir, à adopter des contre-sanctions, ce qui a eu pour effet de bannir quantité de produits européens de son marché. C’était une opportunité, notamment pour son secteur agricole qui, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

14 juin 2018