Syrie : des frappes très diplomatiques

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé samedi des frappes ciblées contre le régime syrien, accusé d'être l'auteur d'une attaque chimique visant sa population à Douma, une agglomération de la Ghouta orientale. Ces frappes menées sans l'accord des Nations unies - où la Russie aurait exercé son droit de veto - auraient été dirigées contre trois sites de production d'armement chimique syriens situés près de Damas et dans le centre du pays. Selon l'armée russe, dont les bases ont été soigneusement évitées, elles n'auraient fait «  aucune victime au sein de la population civile ou de l'armée syrienne ».Bien que le Pentagone affirme que la Russie n’avait pas été prévenue du déclenchement des frappes occidentales, les propos de la ministre française des Armées Florence Parly, tenus le samedi 14 avril, laissent penser que Moscou a bien été informée. La France, selon Mme Parly,: « ne cherche pas la confrontation et refuse toute logique d’escalade militaire (…)  C’est la raison pour laquelle, avec nos alliés, nous avons veillé à ce que les Russes soient prévenus en amont. »De son côté, le ministère russe de la Défense indique que les tirs de missiles occidentaux n’ont endommagé aucun de ses sites militaires en Syrie : pas plus la base aérienne de Hmeimim,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Boris Iounanov

Dernières nouvelles de la Russie

La météo, le baromètre de l’âme russe

Tandis que l’Europe occidentale se remet tant bien que mal d’une vague de chaleur record (+ 42°C à Paris, + 38 à Berlin), la Russie grelotte. Dans la nuit du 31 juillet, le thermomètre est tombé à + 4 à Moscou. « Encore une preuve que la Russie n’est pas l’Europe et qu’elle suit sa propre voie », ironise-t-on sur les réseaux sociaux du pays.

 

2 août 2019

Russie-Ukraine :
Le temps de la raison

Serviteur du peuple, le parti du nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a remporté une victoire éclatante aux législatives le 21 juillet, qui devrait avoir un effet positif sur les relations entre Kiev et Moscou. Après dépouillement de 90 % des bulletins, Serviteur du peuple rassemble 43,10 % des suffrages, soit plus de trois fois plus que son principal concurrent.

 

24 juillet 2019

Nominations à la tête de l’UE :
Moscou jugera sur pièces

Au terme de plusieurs jours d’âpres discussions, les chefs d’État et de gouvernement des vingt-huit membres de l’Union européenne se sont accordés sur les nominations aux postes clefs de l’institution. À Moscou, les réactions sont plutôt réservées.

 

10 juillet 2019