Lettonie : guichets fermés pour Moscou

Les banques lettones vont « rompre leurs relations » avec les milliardaires russes visés par les nouvelles sanctions américaines, a annoncé vendredi 20 avril le chef de la Commission des marchés financiers et de capitaux de la Lettonie, Peters Putnins. Cette déclaration apparaît comme une mesure de plus dans la lutte menée par Riga depuis le début de 2018 pour réduire la part des dépôts étrangers. Sous la pression des États-Unis, la Lettonie, dont les banques ont servi dès le début des années 1990 à blanchir l’argent sale en provenance des pays de l’ex-URSS, a entrepris une transformation radicale de son système bancaire.

La ministre des Finances de Lettonie, Dana Reizniece-Ozola, a récemment déclaré au Financial Times que dans les six prochains mois, la part des dépôts étrangers serait réduite de quasiment trente points, passant de 34 à 5 % du total des dépôts. Le journal économique RBC indique que cette décision conduira à la fermeture du « transit letton », utilisé par la Russie et d’autres pays de la Communauté des États indépendants (CEI) pour blanchir l’argent issu de la fraude fiscale et le transférer ensuite en Europe, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Comment la Lettonie rompt progressivement tout lien avec la Russie

Moscou vient de porter plainte contre Riga auprès de l’OSCE, dénonçant de récents amendements à la loi lettone sur l’éducation qui interdisent, en pratique, l’enseignement en russe dans le secondaire.

25 avril 2018
Europe

Russe interdit : en Lettonie, pas de statut officiel pour le russe

Alors que Riga refuse au russe le statut de langue officielle et interdit à son maire, Nils Usakovs, de communiquer en russe sur les réseaux sociaux, le letton perd progressivement ses positions dans le pays au profit de… l’anglais. La revue Meduza a enquêté sur la situation linguistique en Lettonie. La Lettonie est peuplée d’un peu moins de deux millions d’habitants. Les Lettons représentent plus de 60 % de la population, les Russes 26 %. On considère que la Lettonie actuelle est l’héritière de la république de Lettonie, fondée en 1918 et ayant existé jusqu’en 1940. Rétabli en 1991, le pays a adopté la constitution de cette première république, et n’a accordé la citoyenneté qu’aux gens y ayant vécu avant 1940 et à leurs descendants. Sachant que plus d’un million de personnes s’étaient installées en Lettonie alors qu’elle faisait partie de l’URSS, de 1945 à 1991. Après l’indépendance, ces gens se sont vu proposer de passer un examen de langue et d’histoire afin d’obtenir la citoyenneté lettone. Certains l’ont fait, d’autres ont quitté le pays – mais il reste jusqu’à présent en Lettonie près de 3 000 « non-citoyens », n’ayant pas suivi la procédure de naturalisation. Ceux-ci n’ont pas le droit de vote et ne sont pas autorisés à travailler dans les organismes publics. Le letton est la seule langue officielle de la Lettonie. Tous les documents officiels sont rédigés en letton, et tous les employés des services de l’État doivent connaître la langue. Sont également tenus de connaître le letton les personnes employées par des entreprises privées, mais travaillant avec le secteur public : magasins, écoles, cliniques. Un employeur signant un contrat de travail avec un individu ne connaissant pas le letton risque une amende de 140 à 350 euros. Le pays possède un Centre de la langue officielle, chargé de veiller au respect de ces normes linguistiques. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

1 mars 2017
Ex-URSS

À Riga, un 9 mai célébré en grande pompe

Ils n’avaient jamais été aussi nombreux. Samedi 9 mai 2015, quelque 220 mille personnes, selon l’association organisatrice 9may.lv, ont participé à la commémoration des 70 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale au Mémorial de la victoire de l’armée soviétique, à Riga. « C’est environ 25 % de la population de Riga. Même à Moscou, je ne suis pas sûr que le Jour de la Victoire soit fêté à aussi grande échelle au sein de la population de la ville », […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

13 mai 2015