fbpx

Ex-espion empoisonné: un gaz innervant pas si mystérieux

Les dirigeants britannique, américain, français et allemand ont qualifié, dans une déclaration conjointe, l’empoisonnement supposé de l’ancien espion russe Sergueï Skripal de violation de la souveraineté du Royaume-Uni par la Russie. Ils accusent Moscou d’avoir utilisé, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, un agent innervant de qualité militaire pour perpétrer une attaque sur le sol européen. Toutefois, aucune preuve ne confirme que le poison mortel provient de Russie et que celle-ci en a dissimulé la conception.

« La température des relations russo-britanniques est descendue à -23°, mais nous ne craignons pas la guerre froide » : tel est message apparu sur le compte Twitter de l’ambassade de Russie au Royaume-Uni dans la soirée du 14 mars. Le chiffre choisi n’est pas anodin. Quelques heures plus tôt, la Première ministre britannique Theresa May a annoncé l’expulsion de 23 diplomates russes qualifiés d’ « agents du renseignement non déclarés » afin de sanctionner la Russie pour sa responsabilité « hautement probable » dans l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. Mme May a souligné qu’il s’agissait de la plus importante expulsion depuis 30 ans et qu’elle permettrait de « saper pour longtemps le travail du renseignement russe au Royaume-Uni ». Au total, 56 personnes travaillent à l’ambassade russe à Londres (contre 152 à l’ambassade britannique à Moscou).

« Cette décision revient à paralyser presque totalement l’activité consulaire liée à l’octroi de visas », commente sous couvert de l’anonymat un diplomate russe ayant notamment travaillé à Londres. Il rappelle que lors du scandale diplomatique survenu l’an dernier entre la Russie et les États-Unis, Vladimir Poutine a ordonné l’expulsion de 755 diplomates américains. Malgré leur nombre encore relativement élevé, les 455 diplomates restants ont immédiatement fait part de difficultés dans l’émission de visas, qu’ils n’ont pu surmonter qu’en deux à trois mois.

Toutefois, les déplacements des citoyens en Russie et au Royaume-Uni ne sont pas une question prioritaire pour le gouvernement de Theresa May. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Boris Iounanov

Dernières nouvelles de la Russie

International

Venezuela : Moscou révoltée par l’ingérence américaine

Au Venezuela, l’opposition entre le président de la République, Nicolas Maduro, et celui de l’Assemblée nationale, Juan Guaido – autoproclamé chef de l’État le 23 janvier –, évolue vers une crise internationale majeure et un nouvel affrontement diplomatique entre la Russie et les États-Unis. Fiodor Loukianov, président du Conseil de politique extérieure et de défense (SVOP), un influent think tank russe, livre son analyse de la situation.Fiodor Loukianov. Crédit : RianLCDR : Le Kremlin continue de soutenir Nicolas Maduro, tout en insistant sur l’importance du dialogue avec l’opposition (il propose même de jouer le rôle de médiateur), comme Vladimir Poutine l’avait rappelé lors de la visite du président vénézuélien à Moscou en décembre dernier. Le Kremlin reste donc relativement prudent dans cette crise. Cela signifie-t-il que, pour la Russie, la solution sera politique, et non militaire ?Fiodor Loukianov : D’abord, un éventuel soutien militaire russeest exclu pour des raisons techniques : le Venezuela est trop loin. Ensuite, il me semble que Vladimir Poutine n’a jamais nourri d’affection particulière ni pour Hugo Chavez (président de 1999 à 2013) ni pour son successeur Nicolas Maduro. En dépit de scènes d’embrassades avec l’ancien président – toujours à l’initiative de ce dernier –, le Kremlin s’en est toujours tenu à une position pragmatique envers un partenaire qui affichait une croissance à deux chiffres au milieu des années 2000. Plus tard, les rapports ont évolué, en raison, d’une part, du rôle de créancier joué par la Russie, et, d’autre part, des relations tendues que les deux pays entretiennent avec les États-Unis [le Venezuela compte parmi les rares pays à reconnaître le « rattachement » de la Crimée à la Russie, ndlr.]En d’autres termes, la position de Moscou n’est pas dictée par des considérations personnelles ou par des accointances avec Maduro et autres « chavistes » ; […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

29 janvier 2019
International

Serbie : Vladimir Poutine joue son va-tout dans les Balkans

Vladimir Poutine est aujourd’hui en visite à Belgrade, au moment où son « allié » serbe se trouve face à une alternative diplomatique décisive : rester dans le giron de Moscou ou se tourner vers l’ouest… et rejoindre l’OTAN.Paris, 11 novembre 2018. Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement commémorent le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Après la cérémonie officielle, organisée au pied de l’Arc de Triomphe, le cortège se rend au palais de l’Élysée. En marge de la réception, les hôtes évoquent divers sujets, de manière informelle – aucune rencontre bilatérale n’a été prévue. Un homme grand, imposant, s’approche de Vladimir Poutine et lui serre la main : « Bonjour, Monsieur le Président. Très heureux de vous voir. » Il s’agit de Hashim Thaçi, président de la République du Kosovo (dont l’indépendance, proclamée en 2008, est reconnue par la plupart des pays occidentaux, dont la France, mais pas par la Russie et d’autres nations comme la Chine ou l’Espagne). Ancien chef de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) dans les années 1990, Hashim Thaçi est accusé (notamment sur la base d’un rapport du Conseil de l’Europe) d’avoir participé à différents trafics (drogue, organes humains) pour financer les activités de l’UÇK.Mondanités kosovaresLe président russe ne laisse rien paraître de sa surprise et s’entretient pendant plusieurs minutes avec le dirigeant kosovar. Le photographe officiel de M. Thaçi en profite pour immortaliser l’instant. Ces clichés historiques sont publiés le lendemain sur le compte Twitter du président du Kosovo, accompagnés du commentaire : « J’ai rencontré le président Poutine à Paris. Notre entretien a été consacré à la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie. Sur ce point, le président Poutine s’est montré précis. Il m’a confié : Si vous (le Kosovo et la Serbie) vous entendez sur un accord de paix, la Russie le soutiendra. »Vladimir Poutine sait parfaitement que les discussions entre Serbes et Kosovars patinent depuis plusieurs mois.Le fait que le Kremlin n’ait pas communiqué sur la « rencontre » entre MM. Poutine et Thaçi n’a aucune importance pour ce dernier : le leader kosovar apprécie surtout de pouvoir ajouter à sa collection une poignée de main avec un acteur international influent, qui témoigne, en outre, depuis plusieurs années, d’un intérêt croissant pour la question balkanique. La finalité de ces « clichés pour l’Histoire » reste, aux yeux de M. Thaçi, de lui permettre d’acquérir peu à peu une stature internationale et de s’attirer un maximum de soutiens en vue des difficiles négociations qu’il doit mener avec Belgrade sur la question de la reconnaissance de l’indépendance de son pays par la Serbie.Depuis de longs mois, des discussions se déroulent sous l’égide de l’Union européenne, dont les représentants ont maintes fois déclaré qu’ils espéraient un compromis pour le printemps 2019. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 janvier 2019
International

Gilets jaunes : sous l’œil attentif de Moscou

Le 5 décembre dernier, Vladimir Poutine recevait, dans sa résidence de Novo-Ogarevo, située à 10 km à l’ouest de Moscou, un visiteur inattendu : François Fillon. On peut imaginer que le président russe n’aura pas manqué d’interroger l’ancien Premier ministre français sur le mouvement des gilets jaunes.

10 décembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne