Affaire Skripal : les réactions en Russie

Sergueï Skripal, ancien agent-double russe, a été empoisonné avec sa fille à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre) dimanche 4 mars. La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré devant le Parlement lundi qu’il « est très probable que la Russie soit responsable d’une attaque directe dans notre pays ».
Elle a par la suite sommé Moscou de s’expliquer avant mardi soir, sans quoi des représailles pourraient être décidées. Réactions du monde politique et académique russe.

 

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie:
« Tirez les choses au clair de votre côté »

« Tirez les choses au clair de votre côté et après nous en parlerons avec vous ». Il répondait à une question de la BBC sur l’éventuelle responsabilité de la Russie dans la tentative d’empoisonnement de Sergueï Skripal.

 

Sergueï Lavrov. Crédits : MID - FlickrSergueï Lavrov. Crédits : MID - Flickr

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères:
« L’époque du colonialisme est révolue »

« Nous avons exigé par une note officielle d’accéder à cette substance [celle ayant empoisonné Sergueï et Ioulia Skripal, ndlr] afin que nos experts puissent l’analyser conformément à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. Dans la même note, nous avons demandé l’accès à tous les éléments de l’enquête, étant donné que l’une des victimes est la citoyenne russe Ioulia Skripal. […] Ces demandes ont été rejetées. Ainsi, avant de poser des ultimatums – celui de faire un rapport devant le parlement britannique dans les 24 heures -, il est préférable de respecter ses obligations en matière de droit international, en l’occurrence, celles relatives à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. Et pour ce qui est des bonnes manières, il faut se rappeler que l’époque du colonialisme est depuis longtemps révolue. […] La Russie n’est pas coupable. La Russie est prête à coopérer conformément à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, si le Royaume-Uni daigne s’acquitter de ses obligations internationales »

  […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elsa Régnier