Un soldat russe dans la guerre syrienne. Crédits : mil.ru

Syrie : Ghouta orientale, l’oasis de la discorde

« Les parties impliquées dans le conflit syrien doivent appliquer la résolution 2401 du Conseil de sécurité de l’ONU », « il faut mettre un terme aux conflits pour assurer une longue trêve humanitaire », « une accalmie de cinq heures, c’est une avancée, bien qu’il aurait été préférable que le convoi humanitaire puisse traverser les check-points 24h/24 » : lors de leur conférence de presse conjointe le 27 février à Moscou, ni le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ni son homologue russe Sergueï Lavrov n’ont fait preuve d’originalité dans leur évaluation de la situation en Ghouta orientale. Ce « verger de Damas » est la cible de bombardements meurtriers effectués par les forces aériennes de Bachar el-Assad, dans lesquels, selon différentes sources, 400 civils ont trouvé la mort la semaine dernière.

Sergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian semblaient satisfaits de leur rencontre bilatérale bien qu’aucune décision concertée n’ait été prise pour mettre rapidement un terme aux bombardements et au bain de sang en cours dans la banlieue de Damas. M. Le Drian a toutefois fixé l’approche européenne : la Russie doit influer sur le régime de Damas, aucun autre pays n’étant en mesure de le faire. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Boris Iounanov