Qui veut encore de Mikheil Saakachvili ?

Après son expulsion d’Ukraine, l’ancien président de la Géorgie, Mikheil Saakachvili, s’est installé aux Pays-Bas, d’où il envisage de continuer à faire de la politique. À Tbilissi, certains observateurs n’excluent pas l’éventualité de son retour au pays. Mais il faudrait d’abord que ses soutiens occidentaux réussissent à convaincre le pouvoir géorgien d’abandonner les charges pénales qui pèsent contre lui.

Déchu de sa nationalité… ukrainienne, expulsé vers la Pologne, exilé, l’ancien chef de l’État géorgien, Mikheil Saakachvili, a porté plainte contre le ministère de l’Intérieur, contre le Service migratoire (GMS) et contre les gardes-frontières ukrainiens.

Le 16 février, il obtenait une carte de séjour aux Pays-Bas, au titre du regroupement familial (son épouse, Sandra Saakachvili, née Roelofs, est sujette de la maison d’Orange-Nassau). Un document qui donne enfin un semblant d’identité à l’homme politique devenu apatride car privé également de sa citoyenneté géorgienne.

<!--Sandra Saakachvili, Michelle Obama, Mikheil Saakashvili and Barack Obama en 2009. Crédits : Wikimedia--

Embed from Getty Imageswindow.gie=window.gie||function(c){(gie.q=gie.q||[]).push(c)};gie(function(){gie.widgets.load({id:'OKV2bX0PSoN7g_yu2hOdtA',sig:'l7gjExwdYUC85imT8TSzdrxhTcW9iEHSpWWxIeGmoZI=',w:'553px',h:'594px',items:'101872619',caption: false ,tld:'com',is360: false })});//embed-cdn.gettyimages.com/widgets.js

Nicolas Sarkozy, Mikheil Saakachvili, Carla Bruni, et Sandra Saakachvili à l'Élysée en 2010

Dans une interview au journal néerlandais NOS, Saakachvili évoque, comme projets à court terme, la recherche d’une école pour un de ses fils, qui doit arriver de Tbilissi avec sa mère, et l’emménagement de la famille dans sa maison de Terneuzen. Le second fils du politicien poursuivra ses études en Géorgie. Saakachvili ne compte toutefois pas demeurer les bras croisés aux Pays-Bas. Il envisage au contraire de poursuivre son action politique en voyageant dans divers pays européens. Il a ainsi déclaré vouloir travailler sur une « liste Magnitski » dirigée contre les autorités de Kiev, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Yegor Osipov-Gipsh (Tbilissi)

Vous êtes actuellement hors ligne