|  
42K Abonnés
  |   |  
Dmitri Medvedev en Égypte en 2009. Crédits : Kremlin.ru

Reprise des vols entre la Russie et l’Égypte : une décision politique

L’un des premiers décrets signés par Vladimir Poutine en 2018 autorise la reprise des vols entre Moscou et Le Caire ainsi que la vente de séjours en Égypte par les voyagistes. La république arabe redeviendra-t-elle une des destinations favorites des Russes ?

En octobre 2015, la Russie interdit les liaisons aériennes avec l’Égypte, après le crash d’un avion de la compagnie russe Kogalymavia assurant la liaison Charm el-Cheikh – Saint-Pétersbourg. L’accident entraîne la mort des 217 passagers et des 7 membres d’équipage. Le crash, reconnu plus tard comme un attentat par la Russie, est dû l’explosion d’une bombe, placée à l’intérieur de l’appareil par un employé de l’aéroport. La Russie conditionnait la reprise des vols à un renforcement des mesures égyptiennes de sécurité aérienne.

Fuselage de l'avion dans le désert du Sinaï suite à la catastrophe aérienne de Charm el-Cheikh. Crédits : Service de presse du Premier ministre égyptien
Fuselage de l’avion dans le désert du Sinaï suite à la catastrophe aérienne de Charm el-Cheikh. Crédits : Service de presse du Premier ministre égyptien

La suspension des vols russes a porté un coup au tourisme de la république arabe. Avant l’attentat, 11,3% du PIB et 14 % des recettes en devises du pays provenaient de ce secteur crucial de son économie, selon le ministère égyptien du Tourisme. Les Russes étaient les plus nombreux à se rendre en Égypte, suivis des Britanniques, des Allemands, des Italiens et des Français.

Après la fermeture des liaisons aériennes, les Russes ont continué à se rendre en Égypte sans passer par des voyagistes en faisant par exemple escale à Istanbul, mais leur nombre a brutalement chuté. En 2017, ils ont été, selon les experts, entre 5 000 et 6 000 à visiter le pays chaque mois, loin des 300 000 recensés certaines années.

Au terme d’un an de négociations, le président russe a annoncé la reprise prochaine des vols à l’issue de sa rencontre avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 11 décembre. « Après la terrible tragédie survenue au-dessus du Sinaï, les liaisons aériennes directes entre nos pays ont été interrompues. Depuis, l’Égypte a accompli un travail considérable pour renforcer la sécurité dans ses aéroports. Les services de sécurité russes m’ont informé que, dans l’ensemble, nous étions prêts à rouvrir les vols directs entre Moscou et Le Caire », a déclaré Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine et Abdel Fattah al-Sissi, le 11 décembre 2017. Il s'agissait alors de la première visite d'État du président russe en Égypte depuis février 2015. Crédits : Kremlin.ru
Vladimir Poutine et Abdel Fattah al-Sissi, le 11 décembre 2017. Il s’agissait alors de la première visite d’État du président russe en Égypte depuis février 2015. Crédits : Kremlin.ru

La reprise des vols est prévue pour la mi-février, d’après le ministre russe des Transports Maxime Sokolov. Les avions décolleront des aéroports de Cheremetievo et Domodedovo et atterriront au terminal 2 de l’aéroport du Caire. En Russie, les vols seront assurés par Aeroflot. EgyptAir négocie actuellement un créneau horaire avec les deux aéroports moscovites.

Quid des stations balnéaires ?

Il est toutefois peu probable que la réouverture de la liaison Moscou-Le Caire résolve rapidement les problèmes du tourisme en Égypte, le nouveau décret n’annulant pas l’interdiction des liaisons directes vers d’autres villes du pays et les vols charters. Selon l’agence fédérale Rostourism, les voyagistes pourront proposer des offres touristiques « uniquement sur la base des vols réguliers vers Le Caire ».

« La vente d’un produit incluant le transport aérien des touristes depuis la Russie vers d’autres villes égyptiennes, y compris avec une escale au Caire, est interdite dans la mesure où elle contrevient au décret présidentiel », a déclaré l’agence sans donner de précisions sur la possibilité ou non de vendre des transferts terrestres via Le Caire.

Les touristes russes aiment l’Égypte pour son confort et son accessibilité. Tout au long de l’année, la majorité des grandes villes russes proposaient des vols charters à destination de Charm el-Cheikh et d’Hurghada. Il arrivait même que les séjours en Égypte coûtent moins cher que ceux à destination de stations balnéaires russes.

Des touristes visitant le site de Gizeh, en Égypte. Crédits : Flickr - Keith Yahl
Des touristes visitant le site de Gizeh, en Égypte. Crédits : Flickr – Keith Yahl

Le Caire se trouvant loin de la côte, les Russes devront rejoindre leur destination en autobus, d’où une augmentation des frais et du temps de trajet. Pour cette raison, les voyagistes russes ne s’attendent pas à un afflux massif de leurs compatriotes en Égypte. D’après eux, les voyageurs seront majoritairement des hommes d’affaires et des personnes devant se rendre dans la république pour des raisons familiales.

La reprise des liaisons régulières vers d’autres aéroports égyptiens ainsi que des vols charters ne sera négociée qu’au mois d’avril. Par conséquent, les Russes qui ont l’habitude d’effectuer à l’avance leurs réservations pour l’été opteront probablement pour la Turquie, la Grèce et Chypre ou, en Russie, pour la Crimée et la région de Krasnodar.

Anastasia SedukhinaTraduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Bilan économique 2017 : une croissance timide

En 2017, la Russie affichait une croissance légèrement inférieure à 2 %, rompant avec la récession qui a touché le pays ces dernières années suite à l’instauration des sanctions. Production, taux de change, inflation, pétrole : le Courrier de Russie fait le point sur les indicateurs économiques à l’origine de cette dynamique.

4 janvier 2018
Économie

Amnistie fiscale : la réponse russe aux sanctions américaines

Vladimir Poutine vient annoncer une nouvelle amnistie pour le retour des capitaux russes placés à l'étranger et propose d’exonérer d'impôt sur le revenu les entreprises rentrées en Russie.

28 décembre 2017
International

Le monde des affaires russe se prépare aux nouvelles sanctions américaines

Des millionnaires aux managers lambda, beaucoup s’inquiètent du contenu des sanctions prévues par les États-Unis, même s’il reste pour l’heure très flou.

20 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *