fbpx
La guerre du Donbass près de Debaltsevo. Crédits : Wikimedia

Livraison d’armes américaines à Kiev : Le scénario d’une reconquête militaire du Donbass renforcé

En annonçant, le 22 décembre dernier, leur intention de livrer des armes de guerre à Kiev, les États-Unis ont projeté le conflit ukrainien dans une nouvelle phase dont il est difficile de prévoir l’issue.

La libération, quelques jours plus tard, de prisonniers détenus par les belligérants ne doit pas nous leurrer : il n’existe pas de dynamique de paix à l’œuvre aujourd’hui en Ukraine. C’est une conjonction d’intérêts qui a rendu possible cet échange entre loyalistes et séparatistes.

Pour Moscou et ses protégés de Donetsk et Lougansk, c’était l’occasion de montrer au monde que les fauteurs de guerre étaient les Américains, mais aussi de faire un geste en direction de Paris et Berlin, délaissées – à tort – ces derniers mois par la diplomatie russe au profit de Washington et d’une improbable négociation sur le déploiement de casques bleus de l’ONU dans l’Est de l’Ukraine.

Pour Kiev, où le pouvoir se trouve en grande difficulté – à cause, notamment, de son incapacité à ramener la paix et la prospérité promises aux Ukrainiens après Maïdan, mais aussi pour son rôle dans la pantalonnade politique qui se joue ces jours-ci autour du sort de l’ancien président géorgien Mikheil Saakachvili –, il était urgent d’obtenir quelque chose, une bonne nouvelle venue du Donbass, qui donne aux dirigeants du pays la possibilité de parader – en uniforme– devant les caméras de télévision.

Enfin, pour les Français et les Allemands, il était tout aussi urgent de démontrer que le processus de négociation de paix, déjà moribond, dont ils sont les garants, n’était pas en train de tourner carrément au fiasco politique.
Presque trois ans auront été nécessaires. Trois ans !, pour parvenir à ce que les belligérants acceptent, enfin, d’entreprendre la mise en œuvre de la disposition des accords de Minsk 2 (signés le 12 février 2015) la plus facile à réaliser : la libération des prisonniers de guerre.

Le processus de Minsk est devenu un cadre de gestion politique du conflit

Depuis l’hiver 2015, chaque semaine, dans la capitale biélorusse, se réunissent diplomates et négociateurs – ukrainiens, russes et occidentaux – au sein de quatre groupes de travail : politique, sécurité, humanitaire, économie. Pour quel résultat ?
Rappelons que les accords de Minsk ne portent que sur les territoires de l’Est de l’Ukraine tombés sous le contrôle des forces prorusses durant le conflit entre Kiev et les séparatistes. Ils ne concernent pas la péninsule de Crimée, annexée par la Russie et rattachée à elle, le 18 mars 2014, à l’issue d’un référendum non reconnu par la communauté internationale.
Ils prévoient notamment : le retrait des armes lourdes de la ligne de front, l’attribution par Kiev d’un statut politique aux territoires concernés, l’organisation d’élections, la restitution à l’Ukraine du contrôle de ses frontières… […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

« L’Extrême droite européenne est un danger pour la Russie »

Veronika Krasheninnikova ‒ dont le nom est associé à la loi controversée sur les « agents de l'étranger » ‒ milite aujourd'hui pour un rapprochement de Russie unie avec les formations politiques européennes modérées.

20 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

Le livre pour ne pas céder

Durant ses seize ans d'existence, Le Courrier de Russie a ouvert régulièrement – et généreusement – ses pages à la littérature russe sans pour autant lui consacrer un supplément à part entière. Alors pourquoi sauter le pas à présent ? La réponse est simple : l'urgence.

15 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

« En Russie, les gens achètent des livres pour se réchauffer »

Vladimir Sorokine « En Russie, les gens achètent des livres pour se réchauffer »Dans Manaraga, qui paraît en français à l’occasion du Salon du Livre de Paris, Vladimir Sorokine se penche, pour la deuxième fois après Telluria, sur ce qui peut être l’avenir proche du continent européen. Il en ressort une humanité déshumanisée, un univers sans livres, une absence consentie de pensée. Le Courrier de Russie a rencontré l’écrivain lors de son dernier passage à Moscou.Propos recueillis par Jean-Claude Galli Le Courrier de Russie : Sommes-nous voués à vivre dans un monde sans livres ?Vladimir Sorokine : Je pense que l’espace du livre se réduit comme une peau de chagrin, et qu’il y aura inévitablement de moins en moins de livres papier. Ce qui les attend, ce sont les musées et des éditions spéciales à des prix exorbitants. J’ai vu une marque, dont je ne donnerai pas le nom pour ne pas lui faire de publicité, qui fabrique des chaussures dans le style du XVIIIe siècle. Ce sont des chaussures façon « faites main », stylisées, mais ce n’est pas du travail manuel. Je pense qu’il y aura des livres rétro, c’est-à-dire des éditions réalisées de la même façon que ces chaussures : avec un papier vieilli, ancien, une pseudo-odeur de vieux livre, peut-être même des taches de vin par exemple. Ce sera un des moyens de conserver le livre comme objet. Je ne crois pas que le livre papier disparaîtra complètement, parce qu’on a l’habitude du contact tactile avec lui. Mais il y en aura beaucoup moins, c’est certain.LCDR : Un monde sans livres, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019

Vous êtes actuellement hors ligne