fbpx
Alexandre Orlov, ancien ambassadeur de Russie en France et actuel secrétaire général du dialogue de Trianon.

Alexandre Orlov : «Les Russes partagent les mêmes soucis et les mêmes rêves que les Français»

Dans un entretien exclusif accordé au Courrier de Russie, Alexandre Orlov, Secrétaire général exécutif du Dialogue de Trianon, revient sur cette initiative diplomatique originale dédiée à la société civile, annoncée à Versailles, le 29 mai dernier, par le président français Emmanuel Macron et son homologue russe, Vladimir Poutine.

Le Courrier de Russie : Les présidents Macron et Poutine ont décidé de l’ouverture d’un dialogue entre les sociétés civiles française et russe. Vous avez été l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en France pendant près de dix ans. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la société française ?

Alexandre Orlov : Elle est très diverse, elle est en proie à des problèmes et elle se pose des questions, comme la société russe. Nous vivons un moment important de notre histoire. La révolution numérique a changé nos habitudes et a complètement détruit les frontières qui existaient entre les nations. Mikhaïl Gorbatchev, qui parlait d’une maison commune européenne, avait finalement raison. Nous habitons la même maison. Peut-être à des étages différents. Mais nous en sommes tous les habitants. Ce brassage des nations et des cultures est un phénomène nouveau que nous avons quelques difficultés à digérer. Cela provoque parfois de très mauvaises réactions, à l’égard de gens qui viennent d’ailleurs. Il me semble que c’est l’une des raisons pour lesquelles le président Macron a proposé cette idée au président Poutine. Le paradoxe de cette évolution du monde est que les Français et les Russes se connaissent moins bien qu’il y a trente ans. C’est une anomalie et nous devons très vite y remédier. L’objectif premier de ce dialogue de Trianon, de ce forum franco-russe de la société civile, est justement de permettre à nos concitoyens de mieux se connaître.

LCDR : Ces deux sociétés ne sont-elles pas très différentes l’une de l’autre ?

A.O. : Je ne pense pas qu’il y ait une grande différence. Je ne veux pas paraître prétentieux, mais j’ai passé pas mal d’années dans votre beau pays, et si l’on considère toutes les nations européennes, la France est peut-être la plus proche culturellement de la Russie. Je dirais même que nous avons les mêmes qualités et les mêmes défauts. Cela se voit dans notre histoire ! Mais nous sommes complémentaires.

Il faut élargir la base sociale de nos relations

LCDR : Quelles qualités et quels défauts ?

A.O. : Pour les défauts, si vous le permettez, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

« L’Extrême droite européenne est un danger pour la Russie »

Veronika Krasheninnikova, membre du Conseil suprême du parti Russie Unie (principal soutien de Vladimir Poutine), milite aujourd'hui pour un rapprochement de Russie unie avec les formations politiques européennes modérées.

20 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

Le livre pour ne pas céder

Durant ses seize ans d'existence, Le Courrier de Russie a ouvert régulièrement – et généreusement – ses pages à la littérature russe sans pour autant lui consacrer un supplément à part entière. Alors pourquoi sauter le pas à présent ? La réponse est simple : l'urgence.

15 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

« En Russie, les gens achètent des livres pour se réchauffer »

Vladimir Sorokine « En Russie, les gens achètent des livres pour se réchauffer »Dans Manaraga, qui paraît en français à l’occasion du Salon du Livre de Paris, Vladimir Sorokine se penche, pour la deuxième fois après Telluria, sur ce qui peut être l’avenir proche du continent européen. Il en ressort une humanité déshumanisée, un univers sans livres, une absence consentie de pensée. Le Courrier de Russie a rencontré l’écrivain lors de son dernier passage à Moscou.Propos recueillis par Jean-Claude Galli Le Courrier de Russie : Sommes-nous voués à vivre dans un monde sans livres ?Vladimir Sorokine : Je pense que l’espace du livre se réduit comme une peau de chagrin, et qu’il y aura inévitablement de moins en moins de livres papier. Ce qui les attend, ce sont les musées et des éditions spéciales à des prix exorbitants. J’ai vu une marque, dont je ne donnerai pas le nom pour ne pas lui faire de publicité, qui fabrique des chaussures dans le style du XVIIIe siècle. Ce sont des chaussures façon « faites main », stylisées, mais ce n’est pas du travail manuel. Je pense qu’il y aura des livres rétro, c’est-à-dire des éditions réalisées de la même façon que ces chaussures : avec un papier vieilli, ancien, une pseudo-odeur de vieux livre, peut-être même des taches de vin par exemple. Ce sera un des moyens de conserver le livre comme objet. Je ne crois pas que le livre papier disparaîtra complètement, parce qu’on a l’habitude du contact tactile avec lui. Mais il y en aura beaucoup moins, c’est certain.LCDR : Un monde sans livres, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019

Vous êtes actuellement hors ligne