Alexandre Orlov, ancien ambassadeur de Russie en France et actuel secrétaire général du dialogue de Trianon.

Alexandre Orlov : «Les Russes partagent les mêmes soucis et les mêmes rêves que les Français»

Dans un entretien exclusif accordé au Courrier de Russie, Alexandre Orlov, Secrétaire général exécutif du Dialogue de Trianon, revient sur cette initiative diplomatique originale dédiée à la société civile, annoncée à Versailles, le 29 mai dernier, par le président français Emmanuel Macron et son homologue russe, Vladimir Poutine.

Le Courrier de Russie : Les présidents Macron et Poutine ont décidé de l’ouverture d’un dialogue entre les sociétés civiles française et russe. Vous avez été l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en France pendant près de dix ans. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la société française ?

Alexandre Orlov : Elle est très diverse, elle est en proie à des problèmes et elle se pose des questions, comme la société russe. Nous vivons un moment important de notre histoire. La révolution numérique a changé nos habitudes et a complètement détruit les frontières qui existaient entre les nations. Mikhaïl Gorbatchev, qui parlait d’une maison commune européenne, avait finalement raison. Nous habitons la même maison. Peut-être à des étages différents. Mais nous en sommes tous les habitants. Ce brassage des nations et des cultures est un phénomène nouveau que nous avons quelques difficultés à digérer. Cela provoque parfois de très mauvaises réactions, à l’égard de gens qui viennent d’ailleurs. Il me semble que c’est l’une des raisons pour lesquelles le président Macron a proposé cette idée au président Poutine. Le paradoxe de cette évolution du monde est que les Français et les Russes se connaissent moins bien qu’il y a trente ans. C’est une anomalie et nous devons très vite y remédier. L’objectif premier de ce dialogue de Trianon, de ce forum franco-russe de la société civile, est justement de permettre à nos concitoyens de mieux se connaître.

LCDR : Ces deux sociétés ne sont-elles pas très différentes l’une de l’autre ?

A.O. : Je ne pense pas qu’il y ait une grande différence. Je ne veux pas paraître prétentieux, mais j’ai passé pas mal d’années dans votre beau pays, et si l’on considère toutes les nations européennes, la France est peut-être la plus proche culturellement de la Russie. Je dirais même que nous avons les mêmes qualités et les mêmes défauts. Cela se voit dans notre histoire ! Mais nous sommes complémentaires.

Il faut élargir la base sociale de nos relations

LCDR : Quelles qualités et quels défauts ?

A.O. : Pour les défauts, si vous le permettez, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Jean-Claude Galli

Dernières nouvelles de la Russie

International

Les frontières de l’influence numérique russe

Interview exclusive – À l’occasion de la sortie de son livre Ru.net, Géopolitique du cyberespace russophone (éd. L’Inventaire), Kevin Limonier, maître de conférences en études slaves et géopolitique à l’Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, revient pour le Courrier de Russie sur l’image de « cyberpuissance » que s’est construite la Russie ces dernières années. Entre ingérences politiques supposées et guerre de l’information réelle ou fantasmée, bienvenue dans le Ru.net, le cyberespace tant redouté par le monde occidental ! Le Courrier de Russie : Avons-nous aujourd’hui la preuve que la Russie a contribué à la victoire de Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de 2017 ? Kevin Limonier : Non, nous n’en avons pas de preuve irréfutable et cela pour plusieurs raisons : la première, c’est qu’il faudrait qu’une attribution claire soit établie concernant les attaques dirigées contre le Comité national démocrate (DNC / Democratic National Committee), ce qui pour le moment n’est pas le cas. On sait qu’il y a eu des ingérences russes par le biais d’une agence qui s’appelle Internet Research Agency, située à Saint-Pétersbourg, sur laquelle enquête aujourd’hui le procureur spécial Robert Mueller. On commence à avoir une masse d’informations sur des sociétés écrans, comme Concord Catering, qui appartient à Evgueni Prigojine, un proche de Vladimir Poutine. Il y a des bribes d’informations qui commencent à faire sens. Mais, même si on avait la preuve irréfutable que le DNC a été piraté par les Russes, même si il était établi qu’ils sont bien à l’origine de tout ce qu’on leur reproche dans l’élection américaine, nous n’aurions pas pour autant la preuve irréfutable que leurs agissements ont déterminé l’issue du scrutin. Pour moi, le résultat de l’élection présidentielle de 2017 est, avant tout, une affaire de politique intérieure, les Américains n’avaient pas besoin des Russes pour en arriver là. Maintenant, l’action supposée de la Russie pose un certain nombre de questions aux démocraties occidentales, sur leur solidité notamment. LCDR : Où se situe la frontière entre influence et ingérence ? K.L. : Il n’y a pas de limite très claire, dans la mesure où des grandes puissances comme la Russie, les États-Unis ou la France, ont toutes une politique d’influence. L’ingérence, généralement, induit des actions plus ou moins coercitives pour essayer d’influencer un processus dans un État tiers. C’est d’ailleurs une des définitions de la puissance selon Raymond Aron : une puissance est un pays qui impose sa volonté à un autre, une unité politique qui impose ses choix à une autre. D’une certaine manière, l’ingérence est une des formes de contrainte dont disposent aujourd’hui les États pour parvenir à leurs fins. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 septembre 2018
International

« Emmanuel Macron doit faire le pari de la Russie »
Interview de Renaud Girard

Emmanuel Macron a annoncé début juillet l'organisation, les 11, 12 et 13 novembre prochains, d’un grand Forum sur la Paix à Paris, dans le cadre de la célébration du centenaire de l’armistice de 1918. Il y a convié les chefs d'État des pays ayant participé à la Première Guerre mondiale, dont Vladimir Poutine et Donald Trump.

12 septembre 2018
International

Pourquoi la Russie s’intéresse
t-elle à l’Afrique ?

L'assassinat de trois journalistes russes en Centrafrique montre que la Russie est désormais présente en Afrique centrale. Arnaud Dubien, directeur de l'Observatoire franco-russe explique comment Moscou est parvenue à s'installer dans ce qui était jusqu'à présent un pré carré français.

8 août 2018