Les présidents russe, biélorusse et ukrainien Vladimir Poutine, Alexandre Loukachenko et Petro Porochenko lors de leur rencontre fin août 2014. Crédits : Viktor Drachev

Biélorussie, Ukraine, Russie : la querelle des « trois sœurs »

« Le dernier dictateur d’Europe », « le Pinochet biélorusse »… tels sont quelques-uns des qualificatifs attribués par des personnalités politiques et des médias occidentaux au président Alexandre Loukachenko, qui règne sans partage sur le pays depuis 1994. Les Biélorusses l’appellent simplement « batska », « le Père ». Avec la crise ukrainienne, la situation a toutefois évolué et, en Occident, pour la première fois depuis longtemps, on serre de nouveau la main à Loukachenko.

Les premières sanctions contre le régime biélorusse et le président remontent à 1996, où un référendum modifiant la constitution et lui permettant de postuler pour un nouveau mandat, complique les relations entre la Biélorussie et l’Union européenne. Bruxelles déclare alors que les résultats du scrutin ont été falsifiés et que des pouvoirs « dictatoriaux » ont été octroyés au président. Depuis, les sanctions occidentales sont tantôt durcies (en 2006, l’UE impose de nouvelles sanctions économiques ainsi que des restrictions de visas pour les fonctionnaires biélorusses et pour Loukachenko lui-même), tantôt atténuées (en 2008, après la libération d’une série de prisonniers considérés comme politiques par l’UE). L’Europe voit en Loukachenko un dictateur qui a usurpé le pouvoir et qui opprime son peuple. La majorité de la population biélorusse voit, elle, un homme s’opposant aux privatisations et à la dilapidation sauvage de l’héritage soviétique (déjà expérimentées par la Russie et l’Ukraine). Les experts en relations internationales, de leur côté, voient un homme politique ayant fait un choix délibéré en faveur de la Russie et aspirant à retirer de son alliance avec elle un maximum d’avantages pour son pays et son pouvoir personnel. Les nombreuses guerres commerciales avec la Russie (par exemple celle du lait en 2009) et les réconciliations à répétition montrent que la Biélorussie a par ailleurs toujours su jouer habilement de ses relations avec l’Occident pour négocier les meilleures conditions avec la Russie. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Ramov

Dernières nouvelles de la Russie

Société

La malédiction de Khovrino

Les Moscovites connaissent bien l’hôpital abandonné du quartier de Khovrino, dans le nord-ouest de la ville. Démarré en 1980, le chantier de cet établissement de soins n’a jamais été achevé – devenant l’un des symboles les plus tristement célèbres du dolgostroï, cette politique soviétique de construction urbaine aussi dispendieuse qu’inefficace, dont la Russie contemporaine n’a pu faire autrement que d’accepter l’héritage. La mairie vient cependant d’entamer la démolition du bâtiment – et la nouvelle s’est répandue dans les médias comme une traînée de poudre. Économie planifiée oblige, de nombreux grands chantiers de l’époque soviétique ont traîné en longueur, parfois des décennies durant. Certaines constructions n’ont d’ailleurs jamais été achevées : clôturées de barbelés, elles ont poursuivi leur morne existence dans une Russie postsoviétique qui, croulant sous les difficultés économiques, avait d’autres chats à fouetter. Les Russes ont même inventé une formule pour railler ces lenteurs devenues légendaires : le dolgostroï (jeu de mots signifiant « longtemps » et « construction », calqué sur le terme Gosstroï, qui désignait le Comité d’État soviétique chargé du bâtiment). Le grand hôpital du quartier de Khovrino était l’un des bâtiments abandonnés les plus emblématiques de ce phénomène – et sera aussi le plus gros chantier de démolition des années à venir, concède l’adjoint au maire de Moscou à l’urbanisme et au bâtiment, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : Cadre du film « Khovrino : le blog de l'enfer » 6 novembre 2018
Politique

Élections municipales : Sergueï Sobianine, le Kremlin en ligne de mire

L’élection du maire de Moscou aura lieu le 9 septembre. Pour la Russie, il s’agit toujours d’un événement politique important, le premier magistrat de la ville est en effet un candidat potentiel à la présidence du pays. Sans surprise, le grand favori est le maire sortant, Sergueï Sobianine. Ancien élu de Tioumen, capitale pétrolière de la Fédération, et ex-chef de l’administration présidentielle, il n’a pas de concurrents sérieux. Avec ses 12,5 millions d’habitants, Moscou est la plus grande agglomération de Russie et d’Europe. À la différence du scrutin de 2013, marqué par la participation du candidat de l’opposition Alexeï Navalny (27 % des voix), la prochaine élection du maire de Moscou n’offre pas de suspens. Contrairement à 2013, aucun candidat susceptible de faire un tant soit peu concurrence au maire sortant ne se présente. Andreï Klytchkov, jeune chef de file charismatique et ambitieux du parti communiste à la Douma de la ville de Moscou, que tout le monde voyait déjà candidat, a été nommé gouverneur de la région d’Orel (avec laquelle il n’a pourtant aucun lien). Les candidats de l’opposition libérale, tels Dmitri Goudkov et Ilya Iachine, ont rapidement été écartés : selon la commission électorale, le premier n’a pas fourni tous les documents nécessaires, tandis que le second n’a pas été en mesure de recueillir suffisamment de signatures auprès des députés municipaux, dont la majorité appartient ou est proche du parti au pouvoir Russie unie. Le parti de l’opposition Iabloko n’a pas présenté de candidat en raison de dissensions internes. La crainte d’une abstention massive Selon le dernier sondage du Centre russe d’étude de l’opinion publique (VTsIOM), […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

5 septembre 2018
Opinions

Investiture: Poutine ne doit plus être le président d’une « forteresse assiégée »

L’investiture du président Poutine aura lieu le 7 mai. Ce sera pour lui la quatrième cérémonie de ce type, après 2000, 2004 et 2012. Il y a six ans, celle-ci s’était accompagnée de troubles importants : la veille, le 6 mai, au cours d’une manifestation autorisée sur la place Bolotnaïa, à Moscou, à laquelle l’opposition avait donné le nom de « Marche des millions », plus de quatre cents personnes avaient été appréhendées, dont trente s’étaient retrouvées envoyées devant la justice pénale. Il est certain que pareils incidents ne se reproduiront pas cette fois. Comment l’expliquer et en quoi ce nouveau mandat de Vladimir Poutine se distingue-t-il du précédent ? Le troisième mandat de Vladimir Poutine (2012-2018) a multiplié les surprises. Il commence par une petite récession économique (ralentissement de la croissance du PIB, qui passe d’1,8% en 2013 à 0,7% en 2014) et s’achève sur une crise économique de grande ampleur et un appauvrissement massif de la population. En 2017, le Service fédéral des statistiques (Rosstat) fait état de 22 millions de pauvres en Russie, soit 15% de la population. 2014 : le succès des Jeux olympiques d’hiver à Sotchi est suivi de la crise en Ukraine, avec les événements de Crimée, la guerre dans le Donbass et la confrontation avec l’Occident en raison des sanctions adoptées contre la Russie. 2015 : la Russie intervient militairement en Syrie – une opération parfaitement réussie sur le plan militaire (mais un échec au niveau diplomatique), […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

6 mai 2018