Le ministre des affaires étrangères turc Mevlüt Çavuşoğlu et le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov lors de la signature d'accords en mars 2017. Crédits : Kremlin.ru

Le contrat de vente de S-400 entre la Russie et la Turquie remis en question

Lundi 9 octobre, le ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a déclaré qu’Ankara pourrait renoncer à acheter les systèmes de défense antiaérienne et antimissile russes S-400 Triumph si Moscou refuse que ceux-ci soient produits sur le territoire turc. La Russie est réticente à partager cette technologie pour des raisons de sécurité et de complexité technique. Le journal Kommersant fait le point sur la situation.

« Nous n’avons reçu aucun refus officiel à ce sujet. Vladimir Poutine lui-même nous a dit que nous pouvions entreprendre des démarches en vue d’une production commune, a déclaré le ministre Mevlüt Çavuşoğlu au journal turc Aksam. Mais si la Russie y est défavorable, nous pourrons conclure un accord avec un autre pays. » Et d’ajouter que la Turquie doit acheter d’urgence des S-400 pour protéger son espace aérien. « Si les pays mal disposés envers la Russie ne veulent pas que la Turquie lui achète des S-400, à eux de nous présenter une autre option », souligne M. Çavuşoğlu. Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a réagi en disant que « les contacts et les négociations entre experts autour de ce contrat se poursuivent », […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Kommersant