Le Comité d’enquête de Russie accuse de génocide 20 hauts fonctionnaires du ministère de la défense ukrainien

En septembre 2016, le Comité d’enquête avait déjà ouvert une première enquête pour génocide contre l’actuel ministre de la défense ukrainien.


Le Comité d’enquête de Russie a ouvert plusieurs enquêtes pénales pour « génocide » et « emploi de moyens interdits pour mener la guerre » à l’encontre de hauts dirigeants du ministère de la défense ukrainien, indique un communiqué de presse de l’organe, lundi 11 septembre.

Le ministre de la défense ukrainien, Stepan Poltorak, accusé de "génocide" par le Comité d'enquête russe. Crédits : ministère de la défense d'Ukraine.
Le ministre de la défense ukrainien, Stepan Poltorak, accusé de « génocide » par le Comité d’enquête russe. Crédits : ministère de la défense d’Ukraine.

« Le Comité d’enquête a ouvert 20 enquêtes pénales supplémentaires à l’encontre [notamment] du ministre de la défense ukrainien Stepan Poltorak, ses adjoints Oleg Rousnak, Ivan Chevtchouk, Igor Pavlovski, Alexandre Doublian et le chef d’état-major Viktor Moujenko […]. », énonce le communiqué.

L’enquête s’intéresse aux crimes susceptibles de relever des articles 356 et 357 du code pénal russe, concernant l’« emploi de moyens interdits pour mener la guerre » et le « génocide ». Le Comité d’enquête assure avoir relevé « des dizaines de crimes contre la population russophone du Donbass », rapporte le quotidien RBC. Les charges de l’enquête sont basées sur des événements ayant eu lieu en 2016-2017.

Auparavant, en août 2016, un tribunal de Kiev avait déjà ouvert une procédure pénale contre le ministre russe de la défense Sergueï Choïgou, soupçonné d’avoir commis des crimes contre la sécurité nationale du pays. En septembre 2016, le Comité d’enquête avait répondu en ouvrant à son tour une première enquête pour « génocide » contre l’actuel ministre de la défense ukrainien.