Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Qui est Ahmed le Manchot, le réfugié tchétchène derrière l’attentat d’Istanbul ?

Qui est Ahmed le Manchot, le réfugié tchétchène derrière l’attentat d’Istanbul ?

En Turquie, l'enquête continue sur l'attentat terroriste qui a fait 45 morts, le 28 juin, à l'aéroport Atatürk d'Istanbul. Selon les services spéciaux turcs, le Tchétchène Ahmed Tchataev pourrait faire partie des suspects. En Russie, Tchataev est connu comme recruteur pour l'organisation État islamique (EI) et ancien compagnon d'armes du chef rebelle nord-caucasien Dokou Oumarov, mort en 2013. En Europe, il est considéré comme une victime de l’oppression politique russe. Lenta.ru s'est penché sur son parcours. Originaire du village de Vedeno, en Tchétchénie, Ahmed Tchataev, qui aura 36 ans cette année, rejoint le camp des séparatistes tchétchènes dès le début de la première guerre de Tchétchénie, en 1994[-1996], et y combat tout au long de la seconde, de 1999 à 2000. Arrêté en 2001 par les services de sécurité russes pour participation à des groupes armés illégaux, Tchataev parvient à se soustraire à la sanction pénale. Il a probablement bénéficié d'une amnistie. On ne trouve aucune trace de lui au cours des deux années qui suivent. En 2003, il s’installe à Vienne avec sa femme et leurs trois enfants. La même année, il y obtient le statut de réfugié, déclarant avoir subi des tortures dans les prisons russes – suite auxquelles il aurait perdu son bras droit. « La Russie et les Russes, Tchataev ne les connaît pas par ouï-dire. Les bourreaux russes lui ont coupé le bras à vif, ont introduit des fils électriques dans sa plaie et l'ont sauvagement torturé »,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Biélorussie : un président en état de siège

L’élection présidentielle biélorusse se tient, ce dimanche 9 août, dans un climat de tension sans précédent. Fébrile face à la montée en puissance de l’opposition, le président sortant, Alexandre Loukachenko, a pris le risque de provoquer une crise diplomatique avec la Russie pour mobiliser son électorat.

 

6 août 2020