Visite de Jean-Claude Juncker à Saint-Pétersbourg : un signe de dégel dans les relations russo-européennes ?

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, prévoit de se rendre, le 16 juin – jour de l’ouverture de l’événement – au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Cette visite – la première d'un haut responsable de l'UE en Russie depuis deux ans – a été annoncée le 30 mai par le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas. « Je confirme que M. Juncker répondra à l'invitation qui lui a été faite et participera au Forum économique international de Saint-Pétersbourg », a déclaré ce dernier, ajoutant que la présence sur le forum du président russe Vladimir Poutine « devrait permettre aux deux dirigeants de se rencontrer ».Toutefois, même si cette démarche est indéniablement symbolique, ni l'UE ni la Russie ne s'attendent à une normalisation rapide des relations. « Aucun optimisme exagéré n'est de mise, cessons de chercher partout les signes d'un retournement de situation », a notamment commenté Dmitri Peskov, porte-parole du président russe.De l’autre côté, selon une source de Kommersant au sein de l'administration européenne, l'opportunité du geste de Jean-Claude Juncker est loin de faire l’unanimité au sein même de la Commission. Certains craignent que « le président ne revienne de Saint-Pétersbourg les mains vides » alors que « la propagande russe exploitera pleinement l'événement ».Le ministre lituanien des affaires étrangères, Linas Linkevičius, est même allé plus loin, à l’occasion d’une interview accordée à Reuters le 30 mai, en déclarant : « La visite d'un représentant officiel revêt toujours un caractère symbolique.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018