S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Lavrov : « Il n’y aura plus de business as usual avec l’Occident »

Lavrov : « Il n’y aura plus de business as usual avec l’Occident »

Mardi 26 janvier, le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a tenu sa traditionnelle conférence de presse-bilan de l’année écoulée. Le Courrier de Russie a sélectionné et traduit les passages les plus marquants.

Sur les relations avec l’Occident

Nous constatons le maintien d’une attitude destructrice et très dangereuse à l’égard de la Russie, notamment le renforcement du potentiel militaire de l’OTAN à nos frontières et la création des segments européen et asiatique du bouclier antimissile américain, à laquelle participent autant les pays européens que ceux d’Asie nord-orientale.Par ailleurs, les tentatives d’endiguer la Russie se poursuivent, quand elles devraient depuis longtemps faire partie du passé. On continue également de tenter de tirer des profits unilatéraux et même de nous punir pour notre politique étrangère indépendante. Bien entendu, nous en tenons compte et nous continuerons à en tenir compte dans nos actions, ce choix ne vient pas de nous.Nos collègues occidentaux disent parfois qu’il n’y aura plus de business as usual avec la Russie, ce dont je suis également convaincu. Sur ce point au moins, nous sommes d’accord. Comment continuer le business as usual après qu’on a essayé de nous imposer des accords qui tenaient compte avant tout des intérêts de l’Union européenne et des États-Unis, tout en nous assurant qu’ils ne nuiraient pas aux nôtres ? Cette époque est révolue.

Sur l’Union européenne

Nous ne souhaitons pas que l’UE s’affaiblisse, se fissure et se scinde. Ce que nous voulons, c’est une UE unie, forte, avec laquelle il est confortable de travailler tant en matière économique que sur toutes les autres questions. Mais nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ce qui se passe.

Sur le rapport de la justice britannique à propos de l’affaire Litvinenko

En concluant son rapport, le juge Robert Owen ne prononce aucune accusation sans l’accompagner des termes « il est possible » ou « il est probable ».

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maïlis Destrée