Pourquoi la Turquie a-t-elle abattu le Su-24 russe ?

Le 24 novembre, la Turquie a abattu en vol un avion militaire russe à la frontière turco-syrienne. Les deux pilotes, Oleg Pechkov et Konstantin Mourakhtine, sont parvenus à s’éjecter : Pechkov, 52 ans, a été tué dans les airs par des tirs rebelles venant du sol. Mourakhtine a réussi à fuir et a été par la suite retrouvé par les forces spéciales russes et syriennes et ramené à la base militaire russe en Syrie. Le fantassin de marine Alexandre Pozynitch, 29 ans, membre de l’opération de sauvetage, a été tué le même jour dans une attaque des rebelles.En réponse, la Russie a frappé massivement les positions des rebelles turkmènes au nord de la Syrie, où son avion a été abattu. Elle a également déployé sur sa base syrienne des systèmes antimissiles S-400 Triumph, qui devront la défendre d’éventuelles attaques aériennes. Les vols des bombardiers russes seront désormais accompagnés de chasseurs. Ces initiatives n’ont pas été appréciées au Pentagone : « Ces systèmes [S-400] ne feront que compliquer davantage une situation déjà très complexe dans le ciel syrien, et ne faciliteront en rien la lutte contre les terroristes », a notamment déclaré Michelle Baldanza, porte-parole du département américain de la défense. Une remarque qui a laissé le côté russe de marbre : « Nous n’avons pas l’intention de mener des actions militaires contre les avions de la coalition internationale. Simplement, nous devons tout faire pour garantir la sécurité de nos appareils et de nos hommes », a ainsi réagi un haut fonctionnaire du ministère russe de la défense, cité par Kommersant Vlast.Outre cette réponse militaire, la Russie a adopté des sanctions économiques contre la Turquie et rétabli avec elle le régime de visas.De son côté, la Turquie affirme que le Su-24 russe violait son espace aérien, et ne l’avoir abattu qu’après avoir prévenu dix fois le pilote en cinq minutes. Ce à quoi la Russie répond que son avion n’a pas franchi la frontière et a toujours demeuré dans le ciel syrien. Des déclarations officielles confirmées par l’aviateur Konstantin Mourakhtine, dès sa sortie de l’hôpital. Le pilote affirme en outre n’avoir reçu aucun avertissement de la part des Turcs avant l’attaque de leur F-16. « Il n’y a eu absolument aucun contact,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017