Coalition anti-Daech : que nous réserve la rencontre Hollande-Poutine à Moscou ?

Après David Cameron, Barack Obama et Angela Merkel, le président français François Hollande rencontre jeudi 26 novembre, dans l'après-midi, Vladimir Poutine à Moscou pour aborder la création d’une grande coalition internationale contre l'Etat islamique. Qu'attendre de ce tête-à-tête ? Le Courrier de Russie s'est entretenu avec trois experts en relations internationales.

"Une intervention terrestre sera indispensable"

BONIFACE-Pascal-2Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)"Une grande coalition internationale est nécessaire pour vaincre Daech. Celle-ci doit englober non seulement la Russie, l’Iran, les États-Unis et la France, mais également la Turquie, les pays du Golfe et d’autres pays européens. Le problème est que si chacun est d’accord pour dire qu’il faut vaincre Daech, nous ne sommes pas encore d’accord sur les moyens d’y parvenir. Une intervention terrestre sera indispensable et ne peut, pour des raisons d’efficacité, être menée par les Occidentaux, la Russie ou l’Iran car ce serait un argument pour l’État islamique pour dénoncer une croisade ou un complot chiite. Il faut donc une intervention au sol qui ne peut être le fait que des pays sunnites : pays du Golfe, Égypte, Turquie, mais nous sommes encore loin d’un accord sur ce point.Nous devons coopérer avec la Russie, non seulement sur le dossier syrien mais sur tous les dossiers importants. C’est l’intérêt de nos deux pays. Coopérer ne veut pas dire être d’accord sur tout. La Russie a soutenu l’action française au Mali et nous lui en sommes reconnaissants. Sur le dossier du nucléaire iranien, Paris et Moscou ont partagé la même ligne et cela a permis d’aboutir à un succès historique.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Le Courrier de Russie

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018