fbpx
la revue Charlie Hebdo

Charlie Hebdo : ce que les Russes en pensent

Ce qu’on en dit au Kremlin et à la Douma

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie :

À M. François Hollande, président de la République française

Le 7 janvier 2015

Cher Monsieur le Président,

Veuillez accepter mes profondes condoléances pour les victimes humaines causées par l’attaque terroriste contre la rédaction de la revue Charlie Hebdo.

Nous condamnons fermement ce crime cynique. Nous réaffirmons que nous sommes prêts à poursuivre la collaboration active dans le combat contre la menace terroriste.

Je vous prie de transmettre ma compassion et mon soutien sincères aux parents et aux proches des victimes, ainsi que mes souhaits de très rapide rétablissement à ceux qui ont souffert de la main des extrémistes.

Respectueusement,

V. Poutine

Maria Zakharova, directrice adjointe du département d’information du ministère russe des affaires étrangères :

« La tragédie de Paris est une occasion de comprendre que le combat contre le terrorisme international exige des efforts constants, continus et collectifs de toute la communauté internationale, indépendamment de la conjoncture politique. Il y a des problèmes globaux, dont la résolution ne peut être repoussée à des temps meilleurs. Ou bien ces temps ne viendront pas. »

Alekseï Pouchkov, président du comité des affaires internationales de l’Assemblée fédérale :

« La tragédie de Paris montre que ce n’est pas la Russie qui menace l’Europe et sa sécurité. C’est du bluff. La menace réelle vient des adeptes de la terreur. C’est un fait. »

Konstantin Kossatchev, président du Comité pour les affaires internationales du Conseil de la Fédération :

« La Russie accueille le cauchemar d’aujourd’hui à Paris avec une douleur et une acuité toutes particulières. Tout d’abord, parce qu’il coïncide avec une des meilleures et une des plus belles fêtes religieuses pour une partie importante de l’orthodoxie mondiale : la Nativité du Christ. Mais, et c’est le principal, parce que nous avons nous aussi en Russie, peut-être plus que n’importe quel autre peuple européen, été confrontés dans les années passées à l’absurdité et à la cruauté du terrorisme radical arborant l’étendard de l’extrémisme religieux. Nous sommes aujourd’hui en deuil avec la France. »

 Mikhaïl Fedotov, président du Comité pour les droits de l’homme :

« Je suis profondément indigné par cet attentat terroriste, mais pas le moins du monde étonné par cette sortie arrogante et cynique des extrémistes. Elle s’inscrit tout à fait dans leur logique inhumaine. L’objectif de ces barbares est de détruire l’ordre du monde contemporain, d’aller à rebours du développement de la civilisation humaine, d’obliger le monde éclairé à oublier la démocratie, la suprématie du droit, les droits de l’homme, notamment la liberté d’expression. Le cruel assassinat de ces journalistes français est une tentative d’interdire la liberté du mot à coups d’armes automatiques. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018
International

Vladimir Poutine : Sergueï Skripal est un « salaud » et un « traître à la patrie »

Le président russe Vladimir Poutine a commenté le traitement médiatique de l’affaire Skripal, en marge de la Semaine énergétique russe. Niant l’implication de Moscou dans l’empoisonnement de l’ex-agent double à Salisbury, le président russe a qualifié Sergueï Skripal de « salaud » et de « traître à la patrie ». Si ce n’est pas la première fois que Vladimir Poutine s’exprime sur l’affaire, il n’avait jamais évoqué l’ex-agent double directement. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018
Société

Disparition de Charles Aznavour :
les réactions en Russie

Le célèbre chanteur français d'origine arménienne Charles Aznavour est décédé dans la nuit du dimanche au lundi, suscitant l'émotion aussi bien en France qu'en Russie. Réactions de la presse et de personnalités russes.

Crédits Image : TASS2 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne