Entre thèses et antithèses, le doute plane toujours suite à l’attentat de Minsk: Minsk sous attaque

Minsk sous attaque

L’attentat du lundi 11 avril, dans une station du métro de Minsk, a constitué une véritable surprise. La Biélorussie n’est pas la Russie, rongée par le terrorisme, dans le Caucase en particulier. Le dernier attentat en date, à Minsk, remonte à juillet 2008 lorsque, dans la nuit du 3 au 4, une explosion avait interrompu un concert organisé pour le jour de l’Indépendance. Plus surprenante encore a été la déclaration du président Aleksandr Loukachenko qui, mercredi 13 avril, annonçait en direct à la télévision, sans donner aucun détail ni sur leur identité ni sur leurs motifs, que les suspects interpellés venaient de tout avouer. Les enquêtes, dans ce genre d’affaires, prennent habituellement plus de deux jours.

Entre thèses et antithèses, le doute plane toujours suite à l’attentat de Minsk: Minsk sous attaqueEntre thèses et antithèses, le doute plane toujours suite à l’attentat de Minsk: Minsk sous attaque

La Biélorussie traverse, depuis plusieurs mois, une crise économique et financière profonde, caractérisée par une dévaluation de sa monnaie (le rouble biélorusse) et une pénurie de produits alimentaires et de première nécessité. Dans le pays que dirige depuis 1994 Aleksandr Loukachenko (réélu, non sans controverse, en décembre 2010 avec plus de 70 % des voix) l’opposition politique, muselée et réprimée, n’a, aujourd’hui, plus aucun moyen légal de s’exprimer.

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Guillaume Clément Marchal, Elizaveta Antonova