Manifestation à Tripoli

Tatiana Braïlovskaïa : « Sur l’intervention en Libye, la Russie est très prudente »

Jeudi 17 mars, le Conseil de Sécurité des Nations unies a adopté une résolution autorisant les pays qui le souhaitent à participer à une opération militaire multinationale en Libye, dans le but de protéger les populations et zones civiles menacées. Présentée par la France, le Liban et le Royaume-Uni, la résolution a reçu l’approbation de dix membres du Conseil de sécurité, dont les États-Unis, et a suscité les objections de la Russie et de la Chine qui ont finalement choisi de s’abstenir. Le Courrier de Russie s’est entretenu avec Tatiana Braïlovskaïa, directrice du département d’histoire et géographie de MGLU, afin d’analyser la position de la Russie.

Le Courrier de Russie : Pourquoi la Russie a-t-elle décidé de s’abstenir lors du vote de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations unies ?

Tatiana Braïlovskaïa : Depuis le conflit du Kosovo, en 1999, la Russie s’oppose systématiquement à l’interventionnisme. Dans le cas de la Libye, il ne s’agit pas, qui plus est, d’un conflit régional mais d’un conflit de plus grande ampleur dont les conséquences seront lourdes. C’est un conflit auquel la Russie et le monde doivent d’ailleurs porter la plus grande attention car ces soulèvements, qui ont commencé en Tunisie et atteint ensuite l’Égypte, puis la Libye, vont continuer de se propager.

LCDR : La position de la Russie était-elle radicalement différente avant le Kosovo ?

T. B. : Oui, tout à fait différente. L’URSS soutenait, par principe, toute révolution et tout mouvement de libération des peuples. Mais la Russie a tiré des leçons de son passé soviétique et des expériences du siècle dernier – que ce soit en Corée, en Égypte ou en Afghanistan.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Guillaume Clément Marchal

Dernières nouvelles de la Russie

Vladimir Ryjkov : « En Russie, les élections ne sont pas des élections »

Aujourd’hui, pas un seul article de la Constitution n’est respecté.

 

24 mai 2011

Pas très orthodoxe

Cette année, fait rarissime, Pâques tombait à la même date chez les orthodoxes et chez les catholiques.

 

24 mai 2011

Canicule : la Russie brûlera-t-elle cet été ?

Faut-il déjà songer à fuir le pays pour éviter de respirer, comme l’année dernière à Moscou, l’équivalent de plusieurs paquets de cigarettes en seulement une heure passée dans la rue ?

 

20 mai 2011