Le blocus nazi de Leningrad aura duré 872 jours, du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944, et fait plus d’un million de victimes


La Russie a commémoré mardi 27 janvier les 71 ans de la levée du blocus nazi de Leningrad (renommée Saint-Pétersbourg après la chute de l’URSS), une des pages les plus tragiques de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes.

Commencé le 8 septembre 1941, le siège fut levé par les Soviétiques le 27 janvier 1944, marquant l’échec allemand. D’une durée de 872 jours, ce siège est le plus long de l’histoire moderne jusqu’à celui de Sarajevo au début des années 1990.

La principale cérémonie en hommage aux victimes du blocus s’est tenue au cimetière mémorial de Piskarevskoïe, lieu de mémoire inauguré en 1960 pour rendre hommage aux 50 000 combattants et au million de civils morts lors du siège de la ville.

Au pied des tombes des défenseurs de la patrie, les habitants de Saint-Pétersbourg ont notamment déposé des tranches de pain noir, ce dont les habitants manquaient cruellement pendant le siège de la ville. En 1941, à Leningrad, les ouvriers avaient ainsi droit à 250 grammes de pain par jour, tous les autres, à seulement 125 grammes.

Par ailleurs, dans tous les églises de la ville, le service a été réalisé en mémoire des personnes tuées pendant le siège. Cette tradition est perpétuée à Saint-Pétersbourg depuis 1944 lorsque le 27 janvier, des actions de grâces avaient eu lieu dans toutes les églises de la ville.

Crédits: Administration de l’oblast de Leningrad