Marie de la Ville Baugé

La route bleue des âmes

Dans le nord-est de la Russie, on a un jour, dans les années 1930, voulu tracer un trait dans le blanc. Une route devant relier un nulle part – la ville de Magadan, tout juste fondée par les prisonniers du Goulag au bord de la mer d’Okhotsk, cette « île » comme elle a longtemps été surnommée – au continent russe. Une route qui servirait à désenclaver la région, exploiter et acheminer vers l’ouest, par la Iakoutie, les formidables trésors de son sol : or, argent, étain, uranium, bois.

Magadan - Sinégoré

J’ai pris cette route comme embarquée dans la lecture d’un grand livre d’histoire. J’aurais voulu prendre du temps pour relier Magadan, traverser ces huit fuseaux horaires depuis Moscou lentement, sentir réellement l’éloignement de ce Nord. Mais j’ai pris l’avion, comme tout le monde. Et j’ai été surprise de trouver l’énorme engin à moitié plein. Aujourd’hui, on continue d’aller à Magadan.

Les dernières heures, nous volons au-dessus de la Kolyma, paysage de taïga très graphique : dunes blanches et glacées striées de gris par les pins, coupées ça et là par une rivière gelée. Les bus qui font la navette dans l’aéroport vous accueillent avec les slogans : « Magadan, cœur d’or de la Russie », « Magadan a été, est et sera » et un beaucoup plus inquiétant : « La route vers le ciel commence avec nous ».

Envol

Magadan, Oblast de Magadan, Russie

Magadan est une ville de 90 000 habitants. Dès sa fondation, dans les années 1930, elle a été peu à peu grossie par un afflux continu de main-d’œuvre. Lorsque l’organisation de travail forcé Dalstroï a été dissoute, après la mort de Staline, certains prisonniers sont restés travailler dans la région, rejoints par les travailleurs salariés envoyés pour continuer à l’exploiter. En 1990, Magadan comptait 500 000 habitants. À la chute de l’URSS, toute l’économie locale s’effondre. La ville se vide pour des ailleurs.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !
le Courrier de Russie



Ce reportage a été réalisé dans le cadre de l’expédition « Pôle du froid », organisée par l’agence BaikalNature. Plus d’infos en cliquant sur la bannière