fbpx
Le ralentissement des investissements en Russie: quelles sont les causes? Crédits: forexriski.ru

Pourquoi observe-t-on un ralentissement des investissements en Russie ?

Читать на русском

Malgré une croissance du marché qui se maintient, on observe cette année, en Russie, le plus important ralentissement des investissements depuis 2008. Au nombre des causes principales du phénomène, les experts mentionnent la baisse de la demande intérieure, la chute du cours du rouble et l’accroissement des risques géopolitiques. Toutefois, pour certains, c’est la crise de confiance au sein même du milieu des affaires qui serait réellement à l’origine de ce reflux des investissements.

Les chefs d’entreprise se souviendront de 2014 comme d’une année difficile pour l’économie russe, marquée, entre autres, par une brutale dégradation du climat des investissements. L’afflux d’investissements directs étrangers dans le pays aura été divisé par deux en 2014 par rapport à 2013 – jusqu’à environ 30 milliards d’euros, selon le Vienna Institute for International Economic Studies (WIIW).

Et la tendance ne concerne pas seulement les investissements étrangers : les investissements en capital fixe ont diminué de 1,3 % au deuxième trimestre de 2014, et le total des investissements de 2,5 % pour les neuf premiers mois de 2014, indique l’Agence fédérale russe de statistique, Rosstat.

Rien ne présageait pourtant, il y a encore un an, un tel comportement de la part des investisseurs. D’après une étude d’Ernst & Young, la Russie était, en 2013, entrée pour la première fois dans le trio de tête des pays attirant le plus d’investissements, dépassant la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne et ne le cédant qu’aux États-Unis et à la Chine. L’afflux d’investissements directs étrangers avait ainsi atteint 71 milliards d’euros en 2013, soit 83 % de plus qu’en 2012. Mais la dynamique des investissements est extrêmement sensible aux changements géopolitiques. Et ce sont précisément ces risques géopolitiques, accrus par le conflit ukrainien, qui pèsent actuellement sur les investissements.

Tendance latérale

Pour autant, certains experts estiment que la baisse d’intérêt des investisseurs était déjà prévisible en début d’année. « Nous avons observé jusqu’en mars une croissance faible, mais la chute était inéluctable, vu l’absence manifeste de perspectives, affirme Natalia Orlova, économiste en chef chez Alfa-Bank. Malheureusement, l’économie russe est aujourd’hui dans une période de tendance latérale : dans ces conditions, le faible niveau de risques macroéconomiques – qui se caractérise par un équilibre budgétaire, d’importantes réserves de la Banque centrale et d’autres indicateurs susceptibles d’attirer les investisseurs sur des marchés émergents – augure davantage la possibilité d’une future stagnation. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018
International

Vladimir Poutine : Sergueï Skripal est un « salaud » et un « traître à la patrie »

Le président russe Vladimir Poutine a commenté le traitement médiatique de l’affaire Skripal, en marge de la Semaine énergétique russe. Niant l’implication de Moscou dans l’empoisonnement de l’ex-agent double à Salisbury, le président russe a qualifié Sergueï Skripal de « salaud » et de « traître à la patrie ». Si ce n’est pas la première fois que Vladimir Poutine s’exprime sur l’affaire, il n’avait jamais évoqué l’ex-agent double directement. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018
Société

Disparition de Charles Aznavour :
les réactions en Russie

Le célèbre chanteur français d'origine arménienne Charles Aznavour est décédé dans la nuit du dimanche au lundi, suscitant l'émotion aussi bien en France qu'en Russie. Réactions de la presse et de personnalités russes.

Crédits Image : TASS2 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne