Gretchka : la tension monte

Gretchka : la tension monte !

Une augmentation injustifiée de la demande, selon un phénomène d’agiotage, a entraîné une hausse brutale et artificielle du prix au détail de la gretchka – ce sarrasin concassé très populaire en Russie et constituant un élément essentiel de l’alimentation, suivie d’un déficit de la céréale dans le pays.Au cours des deux dernières semaines, les rumeurs se sont amplifiées sur la limitation de la vente au détail du gruau de sarrasin par certaines chaînes de magasins. Et le prix de ce produit authentiquement « populaire », dans les régions, a grimpé de 40 à 50 %, voire jusqu’à plus de 100 % par endroits. À Moscou et Pétersbourg, dans les régions de Voronej et Tambov ainsi qu’en Tchouvachie et au Tatarstan, la gretchka est même retirée des rayons.
Les Russes se souviennent bien de la terrible sécheresse de l’été 2010, qui avait causé la perte des récoltes dans certaines régions du pays. On n’avait ramassé que 340 mille tonnes de blé noir dans toute la Russie, et la céréale était instantanément devenue un produit « de luxe » : son prix de gros avait atteint 81 roubles en mars 2011, et presque 100 roubles le kilo au détail.
Selon l’agence fédérale russe de statistique Rosstat, depuis début novembre, le prix du gruau de sarrasin a augmenté de 27,5 %. Mais ces chiffres sont à l’échelle de tout le pays. En Tchouvachie, par exemple, la céréale a augmenté de 40 % à la vente, comme le rapporte l’agence régionale Tchouvachstat.Pourtant, le ministère de l’agriculture de la Fédération de Russie continue d’affirmer qu’il n’y a pas de déficit de gretchka dans le pays.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019