S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Gaz russe : l’Europe va-t-elle geler cet hiver ?

Gaz russe : l’Europe va-t-elle geler cet hiver ?

Le 16 juin, Gazprom a cessé ses livraisons de gaz en Ukraine : désormais, pour obtenir du gaz russe, Kiev devra au préalable s’acquitter de ses dettes accumulées et payer d’avance les volumes qu’elle souhaite recevoir. À l’heure actuelle, Gazprom n’envoie plus dans les gazoducs ukrainiens que le gaz destiné aux consommateurs européens, soit les 185 millions de mètres cubes par jour prévus pour l’Europe. Le ministre ukrainien de l’énergie Iouri Prodan a affirmé que Kiev se portait garante de la fiabilité et de la régularité de ce transit.La décision de la Russie de cesser les livraisons de gaz à l’Ukraine a été précédée de longues négociations entre Moscou, Kiev et la Commission européenne. Toutefois, les parties ne sont pas parvenues à s’entendre. Moscou exigeait que Kiev paie sa dette d’1,4 milliard de dollars pour les livraisons assurées en novembre et décembre 2013, et aussi qu’elle fournisse 500 millions de dollars de prépaiement pour les livraisons à venir. Kiev a refusé de le faire, et Moscou n’a pas accepté le compromis proposé par la Commission européenne, qui supposait un remboursement de la dette ukrainienne par étapes.Le PDG de Gazprom Alexeï Miller a qualifié la position de Kiev de tentative de chantage, et supposé que l’Ukraine avait en réalité cherché dès le départ à faire échouer les négociations et à « amener les relations dans le secteur gazier jusqu’à l’opposition radicale ».

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Julia Breen