Loi anti-tabac en Russie : la fin de la pause cigarette

La semaine dernière, la loi anti-tabac est entrée en vigueur en Russie. Désormais, le fait de fumer dans des lieux non autorisés sera puni d’une amende de 1000 à 3000 roubles (entre 22 et 67 euros) Toutefois, la nouvelle loi stipule que seuls les fonctionnaires du Service fédéral de défense des droits des consommateurs ont le droit d’enregistrer l’infraction, et non la police. Ce qui signifie, en pratique, qu’il sera extrêmement difficile, sinon impossible, de rappeler les contrevenants à l’ordre.Ces étrangetés sont nombreuses dans la loi. Nous les devons au « lobby du tabac », qui fait actuellement tout son possible pour empêcher son application. Ils ont déjà obtenu certains succès : notamment, sur une proposition du ministère des Finances, la loi réinstaure des zones fumeurs dans les sections de transit des aéroports – les fonctionnaires assurent que, sans cela, les aéroports risqueraient de perdre des clients.De règle générale, les fabricants de tabac aiment à dénoncer l’inutilité de toutes les mesures anti-tabac qui, selon eux, nuiront à l’économie de la Fédération sans pour autant changer le penchant de ses citoyens à fumer. Toutefois, quoiqu’ils en disent, la quantité de fumeurs en Russie est tout à fait sujette à la régulation.
La volonté des autorités russes de réduire la quantité de fumeurs n’a rien d’une lubie – il s’agit d’une nécessité criante
Notre pays a d’ailleurs fait, au cours des vingt dernières années, un sérieux bond en hauteur en la matière. La Russie occupe aujourd’hui la première place mondiale, et de loin, en nombre de fumeurs – 60 % des hommes et 20 % des femmes (pour 48 % des hommes et 3 % des femmes au début des années 1990) – et la deuxième après la Chine en nombre absolu de fumeurs. La situation est encore pire dans la part active de la population (les gens âgés de 19 à 44 ans) : parmi ces derniers, ils sont 70 % des hommes et 40 % des femmes à fumer. Conséquemment, jusqu’à 80 % de la population du pays, enfants y compris, subissent quotidiennement le tabagisme passif.Le premier vice-ministre du Travail et de la Protection sociale, Sergueï Vielmyaïkine, souligne que 288 000 personnes d’âge actif meurent chaque année de maladies causées par le tabac,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019