quotas électriques

Les Russes condamnés à des quotas électriques

Le gouvernement s’apprête à introduire une norme sociale de consommation d’énergie électrique. Théoriquement, le consommateur paiera moins. Mais en pratique, beaucoup risquent de ne pas s’inscrire dans les frontières étroites de cette norme.Le mouvement vers des standards de consommation d’énergie électrique a commencé il y a assez longtemps. Dès 2005, un projet gouvernemental « Sur des mesures pour la mise en place d’une politique sociale sur la consommation d’énergie électrique » a été adopté, élaboré par le ministère du développement économique de German Gref et le RAO UES (Unified Energy System) d’Anatoliï Tchoubaïs.L’idée était que si le consommateur s’inscrivait dans une certaine norme, il paierait l’électricité à un taux relativement avantageux, sinon – il dépenserait une somme largement plus substantielle.S’y opposait alors le ministre du commerce et de l’industrie Viktor Khristienko. La conception générale de normes sociales convenait au ministre, mais il rejetait le mécanisme de calcul entièrement délégué aux régions.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019