Le Courrier de Russie

Les Russes face à la crise : celui qui a spéculé

Dépenser ou économiser ? Le Courrier de Russie publie une série de conversations entendues sur la crise, le taux de change et les perspectives économiques dans les magasins, les universités, les hôpitaux et les restaurants de Moscou.

Lisez aussi : « Les Russes face à la crise : ceux qui ont renoncé aux crédits et aux vacances » ici

Chute du rouble 2014/2015

Valeri est trader, il joue en bourse des fonds peu importants. Pour lui, la bourse est un hobby, son revenu fixe lui vient de son métier de développeur informatique. Du point de vue de Valeri, la crise est une bonne chose : la moindre oscillation de la devise est synonyme de gains.

Sur la chute du rouble

L’argent rentrera dans ta poche si tu avances dans la bonne direction. Dans le cas contraire, c’est l’inverse : il en sortira. Mon plus grand « cierge », ça a été le 16 décembre. Sans doute la pire journée dans l’histoire du rouble depuis l’année 1998. En un jour, le cours est monté de 20 roubles pour un dollar, puis est redescendu. Ce jour-là, j’ai gagné 300 000 roubles. En une heure et demie. Ils claironnaient de partout : « Attention, crise ! », et c’était difficile de se tromper. J’ai simplement observé le prix du pétrole et le cours du rouble, je me suis dit que la devise nationale était un peu surestimée et j’ai décidé d’en vendre – et j’ai gagné de l’argent là-dessus. Mais dans le sens inverse, j’ai perdu un peu. Je regarde les prix et le volume des échanges commerciaux à la bourse – ces informations suffisent pour prendre une décision. Si tu veux perdre de l’argent, lis les infos, écoute la radio, regarde la télévision et écoute les analystes. Si tu veux en gagner, joue en bourse avec ta tête.

Sur la Banque centrale

Les médias russes ont écrit que la Banque centrale s’occupait du rouble et avait augmenté son taux jusqu’à 17 % pour le consolider. Ils disaient tous : « Ça y est, le rouble va maintenant se renforcer. » Je me suis dit qu’ils n’avaient pas fait ça pour rien, et que le rouble allait non se consolider, mais chuter. Naturellement, j’avais bien deviné, et on a assisté à cette « montée en flèche », qui m’a rapporté 300 000 roubles. J’ai fermé la transaction, et ensuite, le rouble s’est renforcé. Tout le monde a été trompé, et tout le monde a perdu de l’argent. La Banque centrale a gagné de l’argent avec ses interventions –  et elle fait comme si tout allait bien et que tout le monde était content.

Sur les effets de la crise

L’inflation est très forte. Elle se poursuit depuis février, depuis les Jeux olympiques. Le pouvoir d’achat du rouble n’a cessé de chuter depuis, il a certainement été divisé par deux, selon mes calculs. Tous ceux qui ont spéculé sur le marché, moi y compris, vous croyez qu’ils l’ont volé où, leur argent ? Disons que tu as 1 000 roubles en poche : avant, tu pouvais acheter une certaine quantité de produits avec – mais aujourd’hui, avec ce même billet de 1 000, tu ne peux plus acheter quinze tasses de café, mais sept. Et donc, tu as perdu de l’argent dessus, même si le billet est resté dans ta poche.

A suivre sur notre site