Les Russes face à la crise : ceux qui ont renoncé aux crédits et aux vacances

Dépenser ou économiser ? Le Courrier de Russie publie une série de conversations entendues sur la crise, le taux de change et les perspectives économiques dans les magasins, les universités, les hôpitaux et les restaurants de Moscou.
Lisez aussi : "Les Russes face à la crise : celui qui a spéculé" ici

Sur les crédits

La majorité des personnes qui se sont exprimées considèrent qu’il vaut mieux, vu l’instabilité actuelle des devises étrangères, avoir des crédits et des dépôts en roubles. Par ailleurs, beaucoup de ceux qui avaient l’intention de contracter un crédit important ont changé d’avis. Vassili, médecin chevronné, confie :— On voulait prendre une hypothèque, mais… C’était déjà irréaliste à la base, alors aujourd’hui, je ne vous dis pas…— C’est toujours irréaliste !, commentent ses collègues, en riant.— C’est juste impossible, je dirais, poursuit Vassili. Avant l’envolée du taux de change, ma femme et moi envisagions encore plusieurs options et nous nous renseignions sur les prix, mais aujourd’hui, nous nous sommes calmés. À la place, nous consacrons du temps à nous-mêmes.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

La Géorgie, le paradis des enfants

Les récentes tensions entre Moscou et Tbilissi n’ont pas fait fuir la communauté russe installée en Géorgie (environ 26 000 personnes, soit moins d’1 % de la population totale). Le site Mel, spécialisé dans l’éducation, a rencontré Tatiana, Evguenia et Anna, trois jeunes mères de famille russes qui ont choisi ce pays pour y élever leurs enfants.

 

2 août 2019

Les vingt ans du festival Nachestvié :
Du rock la tête dans les étoiles

Le plus grand festival de rock russe, Nachestvié [« Invasion »], célèbre, du 18 au 21 juillet, son vingtième anniversaire. Cette année encore, plus de deux cent mille personnes sont attendues en rase campagne pour faire la fête.

 

18 juillet 2019

Turbulences chez les pilotes russes

En février 2018, un avion Antonov 148 de la compagnie Saratov Airlines s’écrasait près de Moscou, faisant soixante et onze morts. Le copilote avait obtenu sa licence dans un centre de formation non reconnu par l’Agence fédérale du transport aérien. La journaliste Alexandra Djordjevitch revient sur la question de la formation des pilotes en Russie.

 

4 juillet 2019