Quand des fromagers corses aident à produire du fromage en Russie

« Puisque les sanctions interdisent d’importer du fromage français en Russie, eh bien, j’importerai des Français ! » : c’est la promesse que s’était faite le fermier russe Vladimir Borev ; et c’est ainsi qu’un beau jour, des fromagers corses ont débarqué dans le village de Maslovka, en région de Lipetsk.

« Bonjour, c’est ici, les Français ? » demande la délégation féminine qui vient de surgir sur le seuil de la plus grande maison de Maslovka. Inna Miatchina, habitante du village voisin, est venue en compagnie de sa mère, Antonina Arkhipovna, de sa sœur et de sa nièce. « Il paraît que des Français se sont installés à Maslovka et qu’ils font du bon fromage, le fameux – celui qui est interdit. Alors voilà, en bonnes voisines, nous sommes là pour vérifier. »

Le village de Maslovka est inconnu des GPS. De sa grandeur soviétique – 750 maisons situées au bord d’une rivière –, il ne reste que des ruines envahies par les herbes, un arrêt de bus et un panneau routier. Aujourd’hui, Maslovka, c’est en tout et pour tout deux isbas et un château avec des tourelles, des meurtrières, une charrue près de la porte et une antique mitrailleuse Maxim sur un des balcons – les principaux symboles de la Russie, d’après le propriétaire. C’est dans ce château qu’habite Vladimir Borev, ancien Moscovite, traducteur, journaliste, diplômé de la Sorbonne et de l’université Lomonossov, auteur de plusieurs thèses et, désormais, fermier et éleveur de chèvres et de vaches. C’est lui qui a fait venir à Maslovka ces fameux fromagers français qui sont sur les lèvres de tous les villageois du coin. « Alors ?, n’en démord pas Inna. On peut goûter ? » La doyenne des Miatchina, ajustant son foulard, souffle à sa fille : « Qu’on les fasse sortir, ces franchouillards ! »

Pied de nez aux sanctions

Les Français finissent par sortir – Nicole et Gilles de Vouge sont un couple de paysans corses, membres de l’association des fromagers traditionnels, qui fabriquent du fromage depuis près de 50 ans. Ils connaissent depuis longtemps Vladimir, qui était venu faire un stage dans leur ferme. Aujourd’hui, c’est lui qui les invite  : « Nicole et Gilles m’apprennent à faire du vrai fromage français – il ne contient que du lait, du sel et de la moisissure ! La principale spécificité des fromages français, c’est qu’ils ne sont pas cuits – ils conservent ainsi toutes les bactéries utiles à l’organisme. Un vrai fromage doit être cru ! »

Les femmes acquiescent doctement. Nicole et Gilles se contentent de sourire – ils ne parlent pas russe. « Vous avez des enfants ? », demande soudainement Antonina Arkhipovna. Nicole s’anime et se met à expliquer qu’ils ont trois enfants, déjà grands, qui ne veulent pas travailler à la ferme et qui attendent le retour de leurs parents en se lamentant : « Papaaa, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Maïlis Destrée