Natacha, grutière de Tver

Après avoir reçu une récompense d’État au Kremlin, Natacha Skobeleva, une grutière de Tver, est devenue une célébrité locale.

Première manucure

« Je ne comprends toujours pas ce qui leur est passé par la tête », confie Natacha Skobeleva dans un haussement d’épaules. D’autant qu’elle ne s’y attendait pas. « Deux de mes collègues avaient récemment été nommés constructeurs émérites de la région de la Volga, raconte-t-elle, et j’espérais que je le serais moi aussi – ça fait 34 ans que je travaille comme grutière. Mais non, je n’ai rien eu, je me disais qu’ils avaient dû m’oublier. »Loin de là. Peu de temps après, Natacha recevait un coup de fil de la direction du personnel de son entreprise : « Vous êtes bien assise, Natacha ?, lui a-t-on demandé. Sinon, cramponnez-vous : vous allez au Kremlin, et c’est Poutine en personne qui va vous nommer constructeur émérite national ! »Si Natacha a pris la nouvelle avec joie, elle ne comptait certes pas en faire toute une affaire. Elle pensait aller à Moscou en train de banlieue, comme elle l’a toujours fait – Tver n’est qu’à trois heures de route de la capitale. Mais son entreprise s’y est catégoriquement opposée, et lui a fourni une voiture avec chauffeur.C’est la fille de Natacha et une amie qui se sont chargées de la coiffer pour la cérémonie : « Elles m’ont vaporisé toute la bouteille de laque sur la tête ! », se souvient l’heureuse élue. Une esthéticienne est venue spécialement chez elle lui faire les ongles. « C’est bien la première fois que je me faisais faire une manucure… Les ongles, d’habitude, je me les coupe aux ciseaux et je les ronge. Mais là, j’ai payé 300 roubles pour les avoir bien limés. »Natacha a bien voulu se faire maquiller les cils et les sourcils, mais le rouge à lèvres – elle a refusé tout net. « Je n’en ai jamais mis de ma vie, ce n’est pas maintenant que je vais commencer ! De toute façon, mon mari n’aime pas ça », explique-t-elle. Et pour la première fois de sa vie encore,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017