Alissa Aksionova : les femmes fortes pleurent aussi

Du haut de ses 82 ans, Alissa Aksionova impressionne par son énergie bouillonnante. Directrice des musées de Souzdal et de Vladimir pendant plus de 50 ans, elle a su en faire des centres d’attraction touristique d’échelle nationale. Et malgré son grand âge, Alissa Aksionova n’a aucunement l’intention de s’arrêter. Après avoir pris sa retraite en 2013, elle vient d’obtenir une nouvelle nomination. Aujourd’hui, elle est conseillère de Mme Svetlana Orlova, gouverneur de la région de Vladimir.« Notre gouverneur a besoin de quelqu’un possédant des qualités de combattant – et c’est tout à fait moi, entame Alissa Ivanovna, avant d’expliquer les raisons de son retour dans la vie active. Quand j’ai pris ma retraite, je me suis mise à aller avec mon mari au musée et au théâtre… toutes ces choses qu’il convient de faire à mon âge. Mais je m’ennuyais à cent sous de l’heure ! », confie-t-elle.La nouvelle nomination est tombée à pic : Alissa Ivanovna a immédiatement retrouvé sa joie de vivre. « J’ai été très heureuse de reprendre le travail, explique-t-elle, je me lève de nouveau à 6h du matin et j’ai un tas de problèmes à régler. Cela me stimule énormément. »Quand Alissa Aksionova a été nommée directrice des musées de Souzdal et de Vladimir, en 1960, elle a commencé par interdire aux employés de sécher leur linge aux fenêtres, de garder leurs chèvres et de planter des choux sur le territoire du musée.À l’époque, les sites étaient parmi les musées les plus pauvres de Russie, et on trouvait, parmi les employés, beaucoup d’anciens fonctionnaires en disgrâce, pas particulièrement respectueux des églises russes anciennes. « C’étaient des gens qui buvaient trop, raconte Aksionova, c’est pour ça qu’ils avaient été renvoyés de leurs lieux de travail prestigieux et remisés aux musées. » Le problème, c’est qu’à ces nouveaux postes, les employés tenaient à conserver leurs vieilles habitudes. « L’ancien directeur, mon prédécesseur, avait toujours une théière remplie de vodka dans son bureau », confie Alissa Ivanovna.La nouvelle directrice a rapidement licencié tous les ivrognes pour les remplacer par des diplômés de l’Université Lomonossov. Mais si certains sont partis sur-le-champ, les autres sont restés avec Alissa Ivanovna pour la vie.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017