Youra Concombre : un homme qui travaille

Les habitants du village de Rassolovo, en région de Kostroma, connaissent tous par cœur le numéro de téléphone de Youra Smirnov, ou « Concombre » pour les intimes. Ils font appel à lui pour réparer un toit, conduire un fourgon de bois de chauffage, faire des courses dans une ville voisine ou même creuser des tombes. Youra prend tous les appels et ne dit jamais non. Ses services ne coûtent pas cher, et pourtant, tous ces petits boulots lui rapportent la coquette somme de 100 000 roubles mensuels, soit 2 200 euros.Au village, personne ne sait plus d’où Youra Smirnov tire son surnom. « C’est une voisine, Valia Popova, qui s’est mise la première à m’appeler comme ça, se souvient Youra. Nous déjeunions ensemble, et j’avais dû manger beaucoup de concombres. Ça l’avait frappée à tel point qu’elle m’a attribué ce sobriquet. » Youra ne le prend pas mal. D’une, dans le village, tous les habitants ont un surnom, et, de deux, Youra a vraiment quelque chose d’un concombre : rond, les jambes arquées, bouillonnant d’énergie.Originaire de Rassolovo, Youra a commencé de travailler comme mécanicien au kolkhoze Travail commun. Mais à la chute de l’URSS, l’État ayant cessé de payer les villageois, il a dû faire marcher son système D. Pour survivre, il a commencé de rendre aux gens des petits services moyennant rétribution, et il est rapidement devenu irremplaçable. Les habitants de Rassolovo ont pu s’en convaincre très vite : Youra tient toujours sa parole, et il sait travailler.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017