Motivation du personnel : les expériences russe et française

Читать на русскомFace à la stabilisation du marché russe des salaires, les entreprises nationales et étrangères ont dû s’atteler sérieusement à l’élaboration de stimulants complémentaires pour renforcer la loyauté de leurs collaborateurs et en attirer de nouveaux. Le Courrier de Russie s’est penché sur les expériences de trois sociétés différentes en matière de motivation du personnel.« La création d’une atmosphère joyeuse à l’intérieur de l’entreprise était une nécessité littéralement physique pour un fonctionnement à succès », entame Katerina Belooussova, collaboratrice du « département bonheur » de la société Enter, un des leaders russes du détail dans le segment non-food. L’entreprise offre près de 40 000 produits dans 14 catégories (mobilier, électroménager, produits pour la maison, articles pour enfants, informatique, etc.), à partir de 115 points de vente situés dans 45 villes de Russie.Enter, fondée en juillet 2011, commence tout juste de sortir de la phase start-up. À en croire Katerina, la culture corporative originale de l’entreprise lui permet de maintenir des salaires inférieurs à la moyenne.« Il y a eu des moments où les collaborateurs devaient travailler 60 ou 80 heures par semaine, poursuit Katerina. Si l’ambiance n’avait pas été agréable, les gens seraient tout simplement partis. »

Motivation matérielle et immatérielle

Pour le détaillant de chaussures et accessoires Rendez-Vous, actif sur le marché depuis plus de 13 ans, la question de la motivation du personnel était indissociable de la perception négative du métier de la vente : « En Russie, on considère souvent cette profession comme temporaire, et pas très sérieuse, assure Alexeï Matouchkine, le directeur commercial de Rendez-Vous. Il note que le premier facteur de motivation, pour les employés des boutiques, demeure le salaire : « En fonction des performances, les vendeurs expérimentés dans les magasins de Moscou touchent en moyenne 60 000 roubles par mois. Quant aux collaborateurs en cours de formation – les stagiaires et apprentis –, leur salaire peut atteindre 50 ou 52 000 roubles mensuels, ce qui est significativement supérieur au marché », confie Alexeï.En guise de motivation immatérielle, Rendez-Vous a ouvert un salon de beauté : « Nous avons engagé des stylistes, qui aident chaque vendeur ou vendeuse à se choisir une image,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015